De la compulsivité à l'émancipation : quelle place pour le travail ?

par Rémi Canino

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Christophe Dejours.

Soutenue en 2003

à CNAM .


  • Résumé

    En milieu carcéral, les formes cliniques les plus péjoratives de la violence compulsive et de l’aliénation laissent subsister un passage vers l’émancipation, si l’on institue un cadre de symbolisation adéquat. Le travail défini comme praxis se révèle à partir de l’expérience corporelle de l’habileté comme un moyen puissant de redéploiement de la sensibilité dans sa dimension pathique, et de liaison des registres affectifs et cognitifs. Cette dynamique remanie le clivage et l’organisation de l’appareil psychique. L’enjeu de la thèse est de questionner ce que la psychopathologie représentée par la clinique carcérale et la psychodynamique du travail apportent à la problématique des rapports entre l’affectif et le cognitif. L’ensemble de mes travaux et de mon expérience me placent en opposition avec les conceptions classiques en psychopathologie et ne conduisent à me ranger parmi ceux qui soutiennent l’éducabilité cognitive.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 221 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. : p.207-216

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque Centrale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Th A 459
  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque Centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Th A 459 double
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.