La figure de la maîtresse dans l'oeuvre de Maurice Barrès

par Nadine Giraud

Thèse de doctorat en Lettres

Sous la direction de Simone Bernard-Griffiths.

Soutenue en 2003

à Clermont-Ferrand 2 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Le nom de Barrès fait songer au nationaliste, au héraut du culte des morts et de la Lorraine. En revanche qu'en est-il du romancier, de l'esthète ? Loin des considérations partisanes, refusant une vision partielle de l'oeuvre, un sujet apparaît : la Figure de la maîtresse. Inspirée par la passion de Barrès pour Anna de Noailles, passion proche de l'amour courtois, la maîtresse revêt l'apparence de l'Amie, incarnation de l'Idéal. Mais, et telle est sa complexité, la figure de l'amante est influencée par le contexte fin-de-siècle et prend aussi les caractéristiques de la femme fatale. Confronté à la dualité de sa maîtresse, l'amant éprouve admiration et haine. Aussi l'intègre-t-il à sa quête introspective tout en la rejetant en tant que femme, avatar d'Eve et n'hésite pas à la mettre à mort. Par conséquent étudier la maîtresse barrésienne équivaut à analyser sa figure duelle, sa défiguration. Or morte, transfigurée, elle redevient l'idole des romans courtois offrant à son amant les moyens de se recomposer, de retrouver l'unité avec la création. L'étude de la maîtresse sous-tend donc une lecture du mythe de l'amour, à la base de l'esthétique, de l'éthique et de la mystique barrésiennes

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (334 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 300-314. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Clermont Université. Section Lettres, Langues et Sciences Humaines Lafayette.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.