L'homme et ses passions chez les néo-épicuriens et libéraux de la "première modernité" française et anglaise

par Anthony Kamanzi

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Alain Montandon.

Soutenue en 2003

à Clermont-Ferrand 2 .

  • Titre traduit

    Man and his passions in neo-epicurian and liberal french and english writers and thinkers of the "First Modernity"


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La "Première Modernité" s'est manifestement penchée sur l'Homme, son progrès et sa perfectibilité. Aussi s'est-elle évertuée à valoriser ses désirs et ses passions. Elle s'inscrit néanmoins en continuité avec les époques qui l'ont précédée. Mais, contrairement aux penseurs de la scolastique et malgré certaines divergences, les "modernes" se font très peu d'illusion sur l'Homme. D'où leur acceptation, comme par dépit, de la loi du plus fort propre au capitalisme libéral. Y a-t-il une possible réconciliation entre d'une part les passions et les intérêts privés et de l'autre la raison et l'intérêt général ? Quel est l'impact de l'éducation, de la loi et de la religion ? Nos tentatives pour l'édification d'une société juste, équitable et ordonnée suffisent-elles à vaincre sa nature ? S'agit-il en fait de la vaincre ou plutôt de la comprendre ? Si prendre l'Homme tel qu'il est paraît machiavélique, le prendre tel qu'il doit être n'est-il pas un leurre voire un mensonge ?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (592 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 533-578. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Clermont Université. Section Lettres, Langues et Sciences Humaines Lafayette.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.