Civilisation et barbarie en France au temps de Montaigne

par José Alexandrino de Souza Filho

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Claude-Gilbert Dubois.

Soutenue en 2003

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Comment les français du XVIème siècle conçoivent-ils l'idée de civilisation et comment se sont-ils représenté plus spécifiquement la civilisation française? Quelle image se faisait-on alors de la culture et de la "civilité" françaises, le mot "civiisation" n'existant pas encore dans la langue? Deux exemples emblématiques sont ici traités. L'image qu'ils donnent de l'idée de civilisation se fait en fonction d'une réalité historique du Nouveau Monde et de la rencontre avec d'autres types humains et d'autres formes de culture, de société. Ces représentations juxtaposent l'idée de civilisation et celles de barbarie et de sauvagerie. Il s'agit de l'entrée d'Henri II à Rouen en 1550, avec la célèbre "fête brésilienne" et, plus amplement l'oeuvre de Michel de Montaigne. Bien que foncièrement différentes, ces représentations ont en commun une vision oisitive des "Sauvages". Elles montrent que la légende littéraire du "bon sauvage" est un phénomène culturel typiquement français, qui commence vers cette époque et qui se poursuit, sous diverses formes, non seulement dans la littérature française, mais plus significativement, dans l'imaginaire français. La thèse est fondée sur la représentation à caractère négatif que donne Montaigne de la civilisation. Comment l'écrivain a-t-il réagi aux divers aspects que cette idée implique : progrès technique, méthodes de répression judiciaire, "civilité" et politesse, raffinements culinaires ? Les critiques que Montaigne formule contre la "civilisation", combinées à la vision positive qu'il donne de la vie primitive, sont à la base d'un autre phénomène de culture qu'on a appelé le "malaise dans la civilisation" applicable au domaine français.


  • Résumé

    What conception of civilisation did the French have in the XVI century, and, more specifically, how did they represent their own civilisation ? What image can be fashioned of French culture and "civilité" when the word "civilisation" did not exist in the language ? Two emblematic exemples are dealt with here. The image given of the idea of civilisation is made in the context of the reality of contemporary history - the discovery of the New World and the encounter with different kinds of human being and other forms of culture and society. The representations juxtapose the idea of civilistion with barbarism and savagery. The subject is the entry of Henri II into Rouen in 1550 with the famous "fête brésilienne", and, in a wider context, the works of Michel de Montaigne. Although fundamentally different, these views have as common idea a positive representation of "savages". They demonstrate that the literary legend of the "noble savage" is tipically French cultural phenomenon which begins around this time and continues to the present day in various guises, not only in French literature but, more significantly, in the French imagination. The thesis is based on the negative character give by Montaigne of the idea of civilisation. How did the writer react to the various aspects involved in this idea - technical progress, method of judicial repression, "civilité" and politeness, culinary refinement ? The criticism that Montaigne formulates against "civilisation" combined with his positive vision of the primitive life, are the roots of another cultural phenomenon that has been called "the sickness of the civilised world" that can be applied to things French.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (427 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 382-413. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.