La peinture d'histoire sous la Restauration (1814-1830) en France

par Catherine Martin

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Dominique Jarrassé.

Soutenue en 2003

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    En France, la peinture d'Histoire occupe le sommet de la hiérarchie des genres picturaux codifiés par l'Académie dès le XVIIè siècle. Privilégiée depuis lors par l'ensemble des monarques et régimes successifs, elle intéresse à la fois l'histoire de l'art et la politique. Elle signifie prestige, magnificence et supériorité pour quiconque l'aborde ou la commandite. On peut se demander si la Révolution française de 1789 marque un tournant dans son développement et dans la théorie classique qui la sous-tend. La rupture avec la monarchie se double d'un nouveau rapport avec l'histoire et de l'apparition de nouvelles formes de gouvernements. Jacques-Louis David (1748-1825), maître du néoclassicisme demeure la référence suprême de la peinture d'Histoire aux côtés de Raphae͏̈l et de Poussin même après 1815. Peut-on alors maintenir le niveau de l'Ecole française ? Y a t-il d'autres solutions que le modèle classique ou les nouvelles revendications romantiques ? La peinture d'Histoire se résume t-elle au point de vue esthétique à la lutte de deux factions rivales ? Ceci engage également certaines questions de méthode.

  • Titre traduit

    Historical painting under the French Restoration (1817-1830)


  • Résumé

    In France, as far back as the XVIIth century, the historical painting stands at the top of pictural styles, as codified by the Academy. Privileged by the succeeding monarchs and regimes, it embraces both art history and politics. It means prestige, magnificence and superiority for whom approaches or underwrites it. The question can be asked whether the French revolution in 1789 marks the turning point of its development and an underlying classical theory. The breach with the monarchy adds a new relationship with history and the appearance of often short new government forms. Jacques Louis David (1748-1825), the neoclassicism Master, remains the supreme reference in Historical painting along with Raphae͏̈l and Poussin, even after 1815. Is there, then, a possibility of keeping up the level of the French school? Are there other solutions apart from the classical model or the new romantic reclaiming? From the aesthetics point of view, can Historical painting be reduced to rivalry betweeen two factions? This also brings about some questions regarding methods.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 6 vol.(606, 745 , 599 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 538-603 (vol. 2). Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/3110
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.