Le rôle de la philanthropie dans le fonctionnement et l'évolution des grandes universités américaines : étude historique et empirique des limites de la dichotomie public/privé

par Carole Masseys-Bertonèche

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Christian Lerat.

Soutenue en 2003

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    La philanthropie, concept tombé en désuétude en France, recouvre, aux Etats-Unis, un vaste réseau de soutien au secteur non lucratif, conçu comme alternative privée au service public. Depuis l'époque coloniale, les Américains ont, en effet, utilisé les organisations à but non lucratif pour des missions de service public qui, dans la plupart des nations européennes, incombent à l'Etat. Cette dévolution du pouvoir de l'Etat au secteur privé s'est, en tout premier lieu, effectuée au niveau de l'enseignement supérieur avec la création, en 1636, de la première corporation charitable, l'université Harvard. Cette thèse analyse les interactions entre la philanthropie et l'enseignement supérieur. Elle démontre, en recourant à une étude historique et une analyse empirique reposant sur un échantillon de quatorze institutions privées d'enseignement supérieur, que non seulement la philanthropie a permis à un petit nombre d'universités privées de dominer le domaine de la recherche et la formation de l'élite mais aussi que les dirigeants des grandes universités privées et des fondations ont utilisé la philanthropie comme outil leur permettant d'influencer la politique gouvernementale et le fonctionnement de l'enseignement supérieur dans son ensemble, rendant le clivage public/privé plus flou et donc moins pertinent

  • Titre traduit

    The role of philanthropy in the evolution and performance of elite private universitie in the United States : a historical and empirical study of the debate over private-public dichotomy


  • Résumé

    Philanthropy is a concept that is no longer used in France, but, in the United States, it provides a wide network of support for the non-profit sector. Indeed, it is envisioned as a viable private alternative to the public sector. Ever since colonial times, the Americans have relied upon non-profit organizations for public-oriented missions that, in most European countries, are the responsibility of the State. This delegation of power from the State to the private sector first took place in higher education with the creation, in 1636, of the country's first charitable corporation, Harvard University. This thesis focuses on how philanthropy and the higher education system in the United States interact. It does this by means of a historical study and an empirical analysis based on a sample of fourteen major private higher education institutions. The conclusions of this research indicate that philanthropy has allowed a small number of private universities to rule over the world of basic research and also to educate the elite. In addition, the governing bodies of major private universities and foundations have used philanthropy as a tool to influence governmental policy and the workings of the higher education system as a whole. As a result, in the United States, the public-private dichotomy has become blurred and cannot therefore be regarded as very pertinent.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (567-62 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr f. 464-562

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.