Recherche d'anomalies cytogénétiques spécifiques des lymphomes T cutanés primitifs

par Martina Prochazkova

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et médicales. Biologie - Santé

Sous la direction de Edith Chevret.

Soutenue en 2003

à Bordeaux 2 .


  • Résumé

    Les lymphomes cutanés primitifs (LCP) sont des lymphoproliférations malignes, strictement localisées à la peau lors du diagnostic. Les lymphomes T cutanés primitifs CD30 positifs à grandes cellules (LTCP CD30+) représentent 9 % des LCP. Le pronostic des LTCP CD30+ est favorable, contrairement à celui des mycosis fongoi͏̈des transformés en lymphome T cutané à grandes cellules (MF-T). La méconnaissance cytogénétique de LTCP CD30+ et MF-T a conduit notre équipe à rechercher des anomalies chromosomiques associées à ces lymphoproliférations. Nous avons choisi d'utiliser l'hybridation génomique comparative (CGH) qui permet d'identifier de manière globale l'ensemble des déséquilibres génétiques présents dans une tumeur. D'autre part, nous avons réussi à établir un protocole de mise en culture des LTCP dans le but d'obtenir des chromosomes tumoraux et ainsi d'étudier leur caryotype par le marquage en bandes G et en couleurs multiples. Nous avons réalisé une étude CGH sur une série de 17 tumeurs LTCP CD30+ et nous avons mis en évidence une distribution non-aléatoire des anomalies chromosomiques entre LTCP CD30+ non-récidivants et récidivants. LTCP CD30+ non-récidivants ne présentent soit aucune anomalie, soit une seule anomalie. En revanche, les LTCP CD30+ récidivants arborent en moyenne huit déséquilibres. Des gains sur les chromosomes 1,9 et 17 et des délétions sur les chromosomes 6, 8 et 18 sont observés de façon récurrente. Nous avons ensuite réalisé une étude par CGH sur six tumeurs de MF-T. Nos premiers résultats montrent que le profil des anomalies chromosomiques de MF-T est différent du profil des LTCP CD30+. Même si des études cytogénétiques et moléculaires complémentaires sont nécessaires pour augmenter le nombre de LTCP étudiés ainsi que pour caractériser les régions minimales de délétion et de gain, les travaux présentés dans cette thèse ont abouti à des résultats originaux dont l'exploitation pourrait mettre en évidence de gènes impliqués dans la lymphomagenèse des LTCP.

  • Titre traduit

    Identification of recurrent cytogenetic abnormalities in primary cutaneous T-cell lymphoma


  • Résumé

    Primary cutaneous lymphomas (PCL) are malignant non-Hodgkin's lymphoproliferations, presenting in the skin at the time of diagnosis. Primary cutaneous CD30-positive large T-cell lymphomas (CD30+ CTCL) represent 9 % of all PCL. The prognosis of CD30+ CTCL is usually favourable, in contrast to mycosis fungoI͏̈DE transformed to CD30+ CTCL (MF-T). As cytogenetic abnormalities that could play a role in CD30+ CTCL and MF-T remain unknown, we investigated the chromosomal aberrations involved in these lymphoproliferations by the use of comparative genomic hybridization (CGH) In addition, we established a protocol for PCL cell culture in order to obtain tumour chromosomes spreads allowing karyotype analysis by G-banding and multicolour fluorescence in situ hybridization. CGH study was performed in a series of 17 CD30+ CTCL tumour skin samples. We demonstrated that chromosomal abnormalities were non-randomly distributed between relapsing and non-relapsing CD30+ CTCL tumours. In relapsing tumours several chromosome alterations were identified, whereas in non-relapsing tumours no chromosome aberration or only one chromosome abnormality was observed. In relapsing tumours, the mean number of chromosome imbalances is 8 per tumour sample. Gains affecting chromosomes 1,9 and 17, and losses on chromosomes 6, 8 and 18 are detected recurrently in CD30+ CTCL cells. Moreover in a series of six MF-T tumour samples was also performed a CGH analysis. In this preliminary study our results showed differences between chromosome imbalances found in CD30+ CTCL and MF-T. Although further molecular and cytogenetic studies of PCL tumours are required to increase the number of tumor samples analysed and to define minimal chromosome region of deletion and gain, data presented here provide original insight into chromosomal events that may be significant in explaining PCL pathogenesis and could lead to the identification of genes implicated in PCL progression.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 188 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 172-187

Où se trouve cette thèse ?