Histoire de liens, histoire de biens : la photographie de famille : mémoire et transmission

par Sarah Dornier-Agbodjan

Thèse de doctorat en Sociologie et anthropologie

Sous la direction de Dominique Jacques-Jouvenot.


  • Résumé

    Liée au vécu du groupe familial, la photographie de famille est un "lieu de mémoire" par excellence. Tranche d'espace-temps fixée pour toujours, elle provoque sans cesse le langage pour lui donner tout son sens. Histoire de vie plurielle, mettant en évidence divers rôles sociaux, divers réseaux sociaux, la photographie de famille traduit une ré-appropriation de la vie sociale et apparaît comme un atout méthodologique privilégié pour le recueil de récits de vie. Au sein de la famille, le lien qui unit le connaisseur à ses photographies, trahit le lien qui l'unit à ce qui est photographié, c'est-à-dire au monde dans lequel il vit. Considérée comme un substitut du réel, la photographie de famille est dotée d'une valeur essentiellement symbolique, et se présente comme un objet d'appropriation plus que de transmission. Entre passé et présent , entre individuel et collectif, entre vivants et morts, la photographie de famille constitue ainsi, un patrimoine aussi bien familial que social.

  • Titre traduit

    A story of ties, a story of possession family photographs : memory and transfer


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (411 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 302-308

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.2003.1001.1
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.2003.1001.2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.