L' essor de la pensée historique au siècle d'or : de Juan Luís Vives à Antonio de Herrera y Tordesillas

par Renaud Malavialle

Thèse de doctorat en Études romanes

Sous la direction de Jean-Michel Laspéras.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    ˜The œrise of historical thought in the spanish golden century : from Juan Luís Vives to Antonio de Herrera y Tordesillas


  • Résumé

    Les conceptions de l'histoire en Espagne à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle sont analysées dans trois perspectives : la critique historique des sources authentiques et des falsifications, l'interprétation des évènements, les préceptes d'écriture. L'étude de ces trois dimensions de l'histoire chez différents auteurs montre comment s'affirme un régime moderne et spécifiquement hispanique d'historicité. La première partie suit la ligne d'affirmation critique de l'historicité, depuis l'impulsion théorique donnée par le théologien Jean Luís Vives jusqu'à l'option érudite du bibliste Benito Arias Montano dont les propositions concourent à une définition du temps de l'histoire. Entre ces deux auteurs, la flamme de l'érasmisme est entretenue par le chanoine tolédan Juan de Vergara dont la réfutation d'Annius de Viterbe constitue un modèle de critique historique érudite. La deuxième partie met en valeur le traité de l'histoire rédigé en castillan par Luís Cabrera de Córdoba : "De historia, para entenderla y escribirla" (1611). Son originalité se définit par contraste avec les dialogues de Pedro de Navarra (1567) sur les qualités épistémologiques fondamentaux et souligne les dimensions politiques de l'écriture de l'histoire. Il élargit enfin le champ de ses objets en réinterprétant le topique de l'"historia magistra vitæ". La confrontation des théories et des pratiques historiennes de Luís Cabrera de Córdoba révèle lémergence d'un conception nationale et particularisante de lécriture de l'histoire. La troisième partie montre comment Antonio de Herrera y Tordesillas (1549-1625) formule les limites de l'exemplarité en histoire. Ses écrits politiques et historiques ne sont pas seulement la réhabilitation de la critique historique et la claire formulation des liens problématiques entre politique et histoire : ils dessinent surtout, dans une affirmation vigoureuse de l'historicité, les linéaments d'une anthropologie de l'acquis.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol.680 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. ff. 553-579

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Casa de Velázquez. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.