La musique de cinéma française, européenne et américaine : de l'avènement du cinéma parlant aux années de l'âge d'or

par Stéphane Chanudaud

Thèse de doctorat en Arts et lettres

Sous la direction de René Gardies.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Cette étude retrace les expériences, la recherche et les innovations entreprises à travers l'écriture musicale pour le film, des compositeurs du XXe siècle, de l'avènement du cinéma parlant à l'âge d'or des années de l'après-guerre. Il y est mis en évidence l'apport et le retentissement de cette musique de film sur la création musicale et artistique du siècle, dégageant les techniques et les systèmes de composition instaurés par la mise en place de la musique sur les images, et dévoilant les écritures insoupçonnées et captivantes de nombre de compositeurs majeurs du siècle. De Jacques Ibert à Arthur Honegger, d'"Autant en emporte le vent" de Max Steiner au "Jour se lève" de Maurice Jaubert, d'"Espoir" de Darius Milhaud à "Citizen Kane" de Bernard Herrmann, en passant par la "Belle et la Bête" de Georges Auric, l'analyse musicale des partitions de film révèle le renouvellement et l'approfondissement du processus compositionnel. Il en résulte une nécessaire extension des réflexes d'écriture et de leurs bases structurelles, en accord avec les principes d'un bâti architectonique créatif et logique, où les sonorités nouvelles s'imposent comme facteurs essentiels du discours et de l'expression cinématographiques, à l'avant-garde de toute dynamique filmique nouvelle. En cela, divers courants musicaux se dessinent et fixent, en les confortant, les systèmes d'écriture. Leurs aboutissements cristallisent la recherche musicale et les expérimentations des années premières, et concrétisent une syntaxe spécifique. Cette syntaxe instaure le refus de la facilité et déjoue les contraintes filmiques par une recherche de la consicion formelle et dans le maniement de la matière sonore. Cette étude invite à la redécouverte d'un large patrimoine musical de film et à la prise de conscience de sa valeur artistique, de son amplitude et de l'urgence de le pérenniser. Des entretiens ajoutent le témoignage de la sensibilité et de l'attachement portés au genre musical naissant du film, et soulignent l'intérêt porté au travail des compositeurs et à leur investissement dans ce mode spécifique de création musicale.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 522 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. ff. 378

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.