La Cruauté dans les nouvelles d'Ambroise Bierce : de l'exces à l'aporie

par Christophe Chambost

Thèse de doctorat en Langues, lettres et arts

Sous la direction de Annick Duperray.

Soutenue en 2003

à Aix-Marseille 1 , en partenariat avec Université de Provence. Faculté des lettres et sciences humaines (autre partenaire) .


  • Résumé

    Grâce à la notion de cruauté, il est possible d'étudier l'intégralité des nouvelles d'Ambrose Bierce et de constater ce qui fait sa spécificité dans la littérature américaine. La prose fougueuse de l'auteur, à la fois concise et excessive, s'inscrit dans la tradition satirique. Mais il adapte également ce ton tranchant au monde des pionniers à l'humour brutal et fruste. De ce mélange, naissent quelques perles d'humour noir qui lui valent aujourd'hui encore une certaine reconnaissance, fût-elle marginale. Sa verve iconoclaste permet également de rapprocher sa fiction du "théâtre de la cruauté" des auteurs "surréalistes". Mais la violence de l'écrit biercien n'est pas que ludique et les transgressions récurrentes installer finalement la dysphorie au cœur de l'œuvre. La révélation soudaine, quasi-immédiate, de scènes stupéfiantes tend simultanément à enrayer le processus d'intellection et à créer une réaction viscérale intense. L'excès visuel mène au "grippage" de la raison. Le pouvoir sidérant des images évoquées provoque un effet fantastique indéniable. Le spectacle dévoilé s'avère cruel, le lecteur prenant alors conscience de l'intolérable unicité du réel tel que Clément Rosset le conçoit. La valeur brute de la prose biercienne correspond parfaitement à la nature crue d'une scène indicible et mortifère. L'association d'images-chocs et d'un style "minimaliste" (fait d'aposiopèses notamment) contribue à la dynamique entropique qui sous-tend le texte et provoque l'étiolement des personnages. Ces derniers perdent leurs repères et sombrent dans l'apathie tandis qu'ils apparaissent victimes d'un hasard sans merci. Certains ont beau tenter d'atteindre le statut héroi͏̈que propre au tragique, la cruauté du sort les voue tous inéluctablement à la perte. La répétition des destins malheureux marque définitivement l'œuvre au sceau du pessimisme et de l'aporie. L'amertume radicale du ton biercien annonce alors l'existentialisme noir typique de la littérature moderne américaine.

  • Titre traduit

    Crueltu in Ambrose Bierce's short stories : from excess to aporia


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (609 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 557-587

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Fenouillères). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.