Bergson et la parole : la qustion de l'inexprimable

par François Moll

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Paule Monique Vernes.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Bergson ans speech : the issue of inexpressibility


  • Résumé

    On interprète souvent à tort la philosophie de Bergson comme une simple critique du concept qui lui permet de taire ce qu'est l'intuition de la durée. Elle serait, au pis, une poétisation masquant un vide philosophique, au mieux, une vague impression. Or, cela revient à ne pas voir que Bergson a développé une réflexion sur le langage visant à le dépouiller de ses impuretés. Il n'a cessé de multiplier des stratégies expressives pour tenter d'exprimer cette inexprimable intuition. L'étude de la position des problèmes philosophiques, des questions vides de sens, des non-sens, des paralogismes, de la parole mystique, la création du concept fluide, le recours à l'image et à l'art constituent uen réfexion sur les conditions de possibilité d'une expression véritable. Mais s'il est vrai que ces stratégies s'épuisent dans une dialectique sourde qui tend à les annuler, elles ont le mérite de nous approcher de la durée. Cela a poussé Bergson à développer une sémantique non théorisée de la suggestion qui n'est intelligible qu'à la lumière de la sémantique émotionnelle de Berkeley. Certes, on est en droit d'attendre une solution théorique à la question de l'inexprimable. Or la mystique pure clôt toute parole. Il y aurait le "bon sens", mais il rend compte de la durée patiquement et non théoriquement. On dira alors, que si l'intuition de la durée reste inexprimable, cela incombe au langage. Or, la singularité de l'intuition de la durée doit son inexprimabilité à la vie qui ne crée par une individualité de fait mais seulement de droit. Ce n'est pas essentiellement parce que le langage est traître que l'intuition de la durée est inexprimable, mais parce que la vie, en tant que création, a fait de l'homme une espèce qui ne se fige pas dans une individualié effective. Ainsi, les stratégies élaborées par Bergson montrent bien, pour paraphraser Merleau-Ponty, que ce que Bergson a dit contre le langage nous a fait oublier ce qu'il a dit en sa faveur.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 452 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. ff. 431-446. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.