La musique et la danse dans le "cycle indien" de Marguerite Duras

par Jisook Jin

Thèse de doctorat en Lettres modernes

Sous la direction de Anne Roche.

Soutenue en 2003

à Aix Marseille 1 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Mettant en scène l'irreprésentable et l'ineffable, la danse et la musique soutiennent l'écriture de Duras qui repose sur le sensible et l'irrationnel. L'écriture filmique et littéraire de Duras revient inlassablement pour tenter de se ressourcer dans le bal ou la musique et la danse font un corps. Nous avons inscrit le silence, le cri et la voix au même endroit que la musique avec laquelle ils forment "l'autre langage" à la place des mots. La danse entre aussi dans la lignée de la musique en représentant l'instant fulgurant ou le corps libère le vécu intérieur, retravaille la matière du passé. D'autre part, la danse comme "travail du vide" rejoint la voix qui porte sur sa propre décomposition. Cette thèse a pour but de montrer que, dans l'oeuvre durassienne, il y a autre chose à écouter que l'audible, que l'articulation des mots, autre chose à voir comme le bal inaccessible par les mots rationneles, car il se dép^loie essentiellement autour de la mémoire, l'imagination et le fantasme.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 320 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. ff. 302-316

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence. Schuman). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.