Etude comparative de quatre espèces du genre Ribes selon une approche pluridisciplinaire

par Joëlle Chiche

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Jean-Claude Leclerc.

Soutenue en 2002

à Saint-Etienne .


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Comparative study of four Ribes species using a pluridisciplinary approach


  • Résumé

    Le genre Ribes reste encore peu connu et peu exploité malgré un fort potentiel. Cette étude est une contribution à une meilleure compréhension de l'évolution du genre et de la différenciation des espèces. Notre étude porte essentiellement sur des populations sauvages provenant de l'Est du Massif Central et appartenant à 4 espèces : R. Alpinum L. , R. Uva_crispa L. , R. Rubrum L. Et R. Petraeum Wulf. Nous avons privilégié une approche pluridisciplinaire combinant une étude éco-géographique, cytogénétique et biochimique. L'étude éco-géographique a révélé des différences entre les espèces. R. Alpinum et R. Uva-crispa apparaissent comme des espèces généralistes, occupant des milieux et des altitudes variés. A l'inverse, R. Petraeum et R. Rubrum peuvent être qualifiées de spécialistes, chacune étant présente à des altitudes et dans des milieux spécifiques. L'organisation chromosomique et génomique a été analysée. R. Alpinum présente une plus grande quantité d'ADN nucléaire que les autres espèces. L'organisation des zones d'hétérochromatine riches en GC et des gènes ribosomiques diffèrent entre espèces. R. Alpinum et R. Uva-crispa se différencient en particulier fortement de R. Rubrum et R. Petraeum. L'activité des organisateurs nucléolaires, sièges des ADNr 18S, a également été examinée. Des différences dans l'activité des organisateurs nucléolaires ont été détectées, en particulier entre sites homologues. La persistance du nucléole et donc de l'activité transcriptionnelle jusqu'à la métaphase a été observée. La variabilité intra et inter-spécifique a été explorée sur la base de marqueurs polyphénoliques. R. Alpinum et R. Uva-crispa ne présentent chacune qu'un seul chimiotype. A l'inverse, on observe une forte variabilité des profils au sein de R. Petraeum et R. Rubrum, non liée à la distance géographique. L'ensemble de ces résultats nous a permis de proposer des hypothèses concernant l'évolution et la différenciation de ces 4 espèces.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 157 f.
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. 14 f.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.