Le Comité international olympique sous la présidence de Henri de Baillet-Latour, sucesseur méconnu de Pierre de Coubertin : 1925-1940

par Florence Carpentier

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Anne-Marie Sohn.

Soutenue en 2002

à Rouen .


  • Résumé

    En 1925, le président-fondateur du comité international olympique, Pierre de Coubertin, démissionne de sa fonction en faveur du Belge, Henri de Baillet-Latour. A cette date, la montée en puissance des fédérations internationales sportives menace le pouvoir monopolistique du C. I. O. De plus, la professionnalisation des sports commence à rendre obsolète les valeurs olympiques. Baillet-Latour hérite donc d'un C. I. O. D'autant plus fragile que la passation de pouvoir est un moment potentiel d'instabilité institutionnelle. Pourtant, à la fin de sa présidence, il peut se targuer d'avoir nettement renforcé le pouvoir du C. I. O. Sur le mouvement sportif mondial : le nombre d'athlètes aux jeux olympiques ne cesse de s'accroitre tandis que le programme olympique compte de plus en plus de fédérations sportives. Soulignant l'autoritarisme de Coubertin, les historiens présentent généralement Baillet-Latour comme un président plus démocratique. L'existence de la nouvelle commission exécutive va dans le sens d'une meilleure répartition du pouvoir au sein du comité. Cependant, l'internationalisation des membres du C. I. O. Et les difficultés de transport et de communication compliquent la gestion quotidienne de ce pouvoir émietté. Cette recherche est consacrée à l'étude de la répartition des pouvoirs au sein du C. I. O. Et aux moyens mis en place par le président pour asseoir le monopole olympique sur le mouvement sportif mondial. La première hypothèse repose sur le retour à un pouvoir présidentiel autocratique et sur le rôle amoindri de la commission exécutive. La seconde hypothèse envisage une utilisation multiforme des valeurs olympiques par les dirigeants du C. I. O. L'étude du fonctionnement interne du comité, de l'évolution des valeurs olympiques, des conflits avec les fédérations internationales et de la préparation des jeux olympiques de Berlin en 1936 montre les particularités des rouages internes de l'institution olympique sous la présidence de Henri de Baillet-Latour.


  • Résumé

    In 1925; the founder-president of the international olympic committee, Pierre de Coubertin, resigned from his office in favour of the Belgian, Henri de Baillet-Latour. By the time, the accumulating power of the sports international federations threatened the monopolistic power of the I. O. C. Furthermore, the professionalization of sports began to make Olympic values obsolete. Baillet-Latour thus inherited an all the more fragile I. O. C. So that the transmission of poweris a potential moment of institutional instability. Nevertheless, at the end of his presidency, he could boast of having sharply strengthened the power of the C. I. O. In the world sports movement : the number athletes in the Olympic Games did not stop increasing whereas the Olympic program counted more and more sports federations. Underlining Coubertin's authoritarianism, the historians generally present Baillet-Latour as a more democratic president. Yhe existence of the new executive committee played a foremost role towards the better distribution of power within the committee. However, the internationalisation of the members of the I. O. C. And the difficulties of transpoet and communication complicate the daily management of this crumbled power. This present thesis is devoted to the study of the distribution of powers within the I. O. C. And to the means set up by the president to establish the Olympic monopoly firmly on the world athletic movment. The first hypothesis is based on the return of an autocratic presidential power and that of the weakened executive committee. The second hypothesis envisages a multifarious use of Olympic values by the leaders of the I. O. C. The study of the internal functioning of the committee, the evolution of Olympic values, the conflicts with the international federations and the preparation of the Olympic Games of Berlin in 1936 shows the particularities of the internal cogs of the Olympic institution under Henri de Baillet-Latour's presidency.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2004 par L'Harmattan à Torino, Budapest, Paris

Le Comité international olympique en crises : la présidence de Henri de Baillet-Latour, 1925-1940


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol.(330-[326] f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.p. 322-330

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Z19853
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2004 par L'Harmattan à Torino, Budapest, Paris

Informations

  • Sous le titre : Le Comité international olympique en crises : la présidence de Henri de Baillet-Latour, 1925-1940
  • Dans la collection : Espaces et temps du sport
  • Détails : 1 vol. (441 p.)
  • ISBN : 2-7475-6700-1
  • Annexes : Bibliogr. p. [395]-404. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.