La mémoire "visuo-spatiale" : composante de la mémoire de travail ou mémoire spécifique?

par Sonia Lorant-Royer

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Alain Lieury.

Soutenue en 2002

à Rennes 2 .


  • Résumé

    In spite of many recent works, this "memory" remains badly defined and the terminology is relatively vague. The aim of this study was, first, to identify and characterize the capacity as well as the specificity of the "visuo-spatial memory", and second to examine its architecture. We found that tere are not two sub-systmes functionally independent, one of visual nature and the other one spatial (Baddeley, 1986), but that there are several specialized constituents such as locations/directions, which are integrated and built, within a visuospatial memory (withou hyphen). In order to locate this memory with regard to the various mnemonic processes involved during the treatment of visuospatial information, we introduced the secondary tasks after the memory task (situation of interference). We found the existende of a process of "refreshment" corresponding to the working memory according to Baddeley's theory. Then, for methodological reasons, we did not introduce the secondary tasks during the memory task (paradigm of competition in the conception of the levels of treatment), but before (technique borrowed from the situations of "masking" according to the perceptive theories). Our data indicates that the visuospatial memory is not activated during the early treatment of perceptives types, and that its hypothetical role during the encoding and during the stocking, as described in the theory of levels of treatment, still has to be clarified.


  • Résumé

    En dépit de beaucoup de travaux récents, cette "mémoire" reste mal définie et la terminologie est relativement confuse. L'objectif de notre travail sera tout d'abord d'identifier et de caractériser la capacité ainsi que la spécificité de la "mémoire visuo-spatiale", puis de s'intéresser à l'architecture du système. Contrairement à la conception de Baddeley (1986) qui supposait deux sous-systèmes fonctionnellement indépendants, l'un de nature visuelle et l'autre spatiale ; nous avons mis en évidence plusieurs composantes spécialisées telles que les localisations/directions, qui seraient intégrées et construites, au sein d'une mémoire visuospatiale (sans trait d'union). Afin de mieux situer cette mémoire par rapport aux différents processus mnésiques impliqués lors du traitement des informations visuospatiales, nous avons introduit les tâches secondaires après l'épreuve de mémorisation (situation d'interférence) et nous avons montré l'existence d'un processus de rafraîchissement correspondant à la mémoire de travail selon la conception de Baddeley. Puis pour des raisons méthodologiques, nous n'avons pas introduit les tâches secondaires pendant (paradigme de concurrence dans la conception des niveaux de traitement), mais avant la tâche de mémorisation (technique empruntée aux situations de "masquage" selon les théories perceptives). Nos données indiquent que la mémoire visuospatiale n'intervient pas lors des traitements précoces de type perceptif et concernant son rôle hypothétique lors de l'encodage et du stockage tel que le conçoit les niveaux de traitement, la question reste en suspend.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (328 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 257-276

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR RENNES 2002/51
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.