De l'art poétique : Samuel Beckett, Georges Bataille, Denis Roche, Christian Prigent

par Joaquim Lemasson

Thèse de doctorat en Lettres modernes

Sous la direction de Marc Gontard.

Soutenue en 2002

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Nous avons tenté à travers cette étude de définir les traits constitutifs de l'art porétique, cet art poétique aporétique, cette conception et cette écriture de la poésie comme impossibilité de la poésie. A travers les productions poétiques de Samuel Beckett, Georges Bataille, Denis Roche et Christian Prigent, nous avons analysé, tout d'abord, l'art porétique en tant que langue apoétique qui se manifeste par un refus radical et définitif de la poésie, posture théorique confirmée et actualisée par la pratique de la négation de la poésie. Qui tire les conséquences de ce refus au coeur même de l'écriture de la poésie. Négation qui débouche sur une absence de la poésie qui est expulsée du poème et justifie la dimension privative de cette langue apoétique. Ensuite, nous avons expliqué cette fuite ontologique de la poésie par l'agonie de la langue qui transforme la condamnation de la poésie en son meutre. Scandale de la mise à mort auquel s'ajoute bientôt l'outrage de sa mise à nu à travers la dénudation qui correspond à la langue du corps (d'où les registres scatologique et pornographique) et au dévoilement des artifices d'écriture. Puis la langue à l'agonie qui se propose comme une langue incarnée, une langue du corps va travailler le corps de la langue dans le sens de la défiguration, de la dépense phonétique que l'on a appelée la rumination. Enfin, la langue à l'ágonie, qui se situe entre le déjà-plus-vivant et le pas-encore-mort, a ouvert un gouffre, une béance entre le pas-encore poétique et le déjà-plus poétique. Amputation qui entraîne une suspension de la poésie au-dessus de son propre gouffre ainsi qu'une suspension du sens qui produit une langue asignifiante ; l'asignifiance étant définie comme une béance du sens, une signifiance aporétique. Mise en suspens qui fait taire le sens et achemine la no man's langue vers un emploi radical et combinatoire de la langue qui devient abstractivée, à savoir qui tend vers son abstraction impossible.

  • Titre traduit

    ˜An œimpossible poetry : Samuel Beckett, Georges Bataille, Denis Roche, Christian Prigent


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Through the poems of Beckett, Bataill, Roche and Prigent, we analyse a conception and a writing of poetry as an impossibility of poetry.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (252 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 191-204

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot Centre Doc Recherche (Lyon).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : CEP T 2002 LEM
  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR RENNES 2002/47
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.