L'émergence à la personne comme condition du processus d'appropriation de l'espace : un point de vue expérimental

par Gregory Malecki

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Armel Huet.

Soutenue en 2002

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Although the issue of "young people and urban spaces" long remained cut off from the development of urban sociology in France, it has given to a growing interest since the early 80's. This interest is mainly due to the desire to try to understand violence in some neighborhoods with social problems, resulting in a new study ot the space appropriation process. In this study, we have sought to explain how this process emerged, through the anthropological rupture which is characteristic of the transition from childhood to adolescence. In fact, adolescence marks a decisive step in that it suddenly endowns a person with the ability to construct one's own reference points negotiated with adults, in a relationship called "symbolic paternity" or with other young people in a "parity" relationship. This potentiality lies inevitably within the framework of our era. We have, therefore, carried out 2 surveys, with the young people from Thouars and the young people from the Côtes-d'Armor departmental district. The results of this survey have demonstrated contrasts as regarding the awareness of regional membership, the attraction for an "urbanity" mode and the identification of places constituting "juvenile spatiality". And above all, they attest to the actualization of concomitant space forms that we have called "aims" : the "Appollinian" aim (attachment to the place), the "Faustian" aim (optimization of the "origin-destination" pair and the "linking aim" 'celebration of the path). But attesting to the existence of historically dated space forms is not enough. We have, therefore, endeavored to examine the postulate whereby the adolescent, unlike the child, is able to appropriate space. The results of tests carried out in a place totally unknown to children and young people have demonstrated significant disparities. The child, unlike the adolescent, proceeds with "absolutes" in his/her choices and seems to be lacking the reversibility principle. He/she is missing the capacity to find his/her way outside the space defined by the adult.


  • Résumé

    La question des "jeunes et des espaces urbains", longtemps restéé en marge du développement de la sociologie urbaine en France, a suscité depuis le début des années 1980, un regain d'intérêt principalement motivé par le désir de compréhension des violences dans certains quartiers jugés sensibles, entraînant du même coup, un nouvel examen du processus d'appropriation de l'espace. Nous avons cherché ici à expliquer à travers la rupture anthropologique qui caractérise le passage de l'enfance à l'adolescence, les conditions d'émergence de ce processus. L'adolescence marque en effet une étape décisive en ce qu'elle offre subitement à la personne des capacités de construction de ses propres repères négociés avec les adultes dans un rapport dit de "paternité symbolique", ou avec les autres jeunes dans un rapport dit de "parité". Cette potentialité s'inscrit obligatoirement dans les conditions de notre époque. Nous avons donc réalisé deux enquêtes, auprès de la jeunesse thouarsaise, et de la jeunesse costarmoricaine. Les résultats de ces enquêtes ont révélé des contrastes concernant le sentiment d'appartenance régionale, l'attirance pour un mode d'urbanité, et l'identification des lieux constitutifs de la "spatialité juvénile". Mais surtout, ils attestent de l'actualisation de formes spatiales concomitantes que nous avons qualifiées de "visées" : la "visée apollinienne" (attachement au lieu), la "visée faustienne" (optimisation du couple "origine-destination") et la "visée reliante" (célébration du parcours). Mais attester de l'existence de formes spatiales historiquement datées n'est pas suffisant. Nous avoons donc cherché à expérimenter le postulat selon lequel l'adolescent à la différence de l'enfant, est en capacité de s'approprier l'espace. Les résultats des tests effectués dans un lieu totalement inconnu des enfants et des jeunes, ont montré des disparités importantes. L'enfant, à la différence de l'adolescent procède par "absolus" dans ses choix et semble dépouruvs du principe de réversibilité. C'est sa capacité à se repérer en dehors de l'espace inscrit par l'adulte qui lui fait défaut.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 378-[10]p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 364-377

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR RENNES 2002/45
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.