La mise au point d'un vaccin thérapeutique ciblé contre la P-glycoprotéine : effets sur le phénotype de la résistance multidrogue

par Corinne Roblin-Pawlak

Thèse de doctorat en Pharmacie. Biochimie

Sous la direction de Claudie Madoulet.

Soutenue en 2002

à Reims .


  • Résumé

    @L'apparition d'une résistance aux agents anticancéreux est toujours redoutée en clinique, en particulier chez les patients atteints d'une tumeur solide disséminée. Plusieurs mécanismes sont mis en cause, un des plus importants paraît être celui qui est sous la dépendance d'une glycoprotéine membranaire (P-gp) agissant vis-à-vis de nombreux anticancéreux comme une pompe à efflux ATP-dépendante, non spécifique. Les principales approches explorées à ce jour pour circonvenir cette résistance ont surtout porté sur la mise au point d'inhibiteurs compétitifs ou non de la P-gp. Malgré le grand nombre de molécules synthétisées, très peu sont arrivées au stade d'essais cliniques et les résultats peuvent être encore considérés comme préliminaires. Par ailleurs, il a été démontré in vitro que les anticorps dirigés contre la P-gp pouvaient diminuer la résistance des cellules à la chimiothérapie. Nos travaux démontrent qu'il est possible dans certaines conditions d'induire la formation d'auto-anticorps dirigés contre la P-gp murine. Des épitopes correspondant aux boucles extracellulaires 1, 2 et 4 de la P-gp obtenus par synthèse peptidique et incorporés dans des liposomes ont été injectés chez la souris B6D2F1 permettant d'obtenir des réponses immunitaires. Ces anticorps ont démontré une spécificité aux épitopes extracellulaires de la P-gp et une activité inhibitrice de la pompe à efflux. Par ailleurs, cette préparation vaccinale associée à une chimiothérapie améliore la survie des souris ayant reçu des cellules cancéreuses P388 résistantes à la doxorubicine. Ce projet concernant le développement d'une stratégie de lutte contre la multidrogue résistance nous donne des résultats encourageants. Les retombées dans le domaine du cancer vont nous permettre : -d'optimiser la réponse immunitaire spécifique anti P-gp chez la souris et compte tenu de la similarité de structure de la P-gp murine et humaine, -de pouvoir envisager un développement de stratégie vaccinale applicable à l'homme.

  • Titre traduit

    Use of a therapeutic vaccination against multidrug resistance cancer bearing in mice to major the role of extracellular domain of P-glycorpotein in the mdr cancer cells : zeng


  • Résumé

    @Resistance of tumor cells to cytotoxic drugs is a major impediment to cancer chemotherapy. Multidrug resistance in human cells determined by the mdr1 gene encoding a membrane glycoprotein called P-glycoprotein found to correlate with the development of resistance phenotypes to a number of drugd (anthracyclines, epipodophyllotoxins, vinca alkaloids, actinomycin D, taxoid derivatives). Complete primary structure of human P-gycoprotein has been determined from the cDNA sequence. The protein 1280 amino acids long consists of two homologous halves, each comprising six putative transmembrane domains, and one nucleotide binding site which acts as an efflux pump on compounds which have neither common chemical structure nor common mechanism of pharmacological action. The murine mdr1 cDNA encodes a 1276 amino acids protein with a structure similar to its human homologue and sequences are 80% homologous with the strongest homology occurring in the intracytoplasmic part of the protien, whereas extracellular sequences differ significantly. Specific auto antibodies to extracellular loops 1, 2 and 4 of murine mdr1 P-gp were elicited in mice using palmitoylated synthetic peptides reconstituted in liposomes. The immune response against lipopeptides shows an increase of IgG anti-mpp1, anti-mpp2 and anti-mpp4 at the third immuzation. Following i. P inoculation of monocytic P388 resistant cells and chemotherapy, in vivo a 77% increase of the survival time in the immunized group (mean time survival of 39 days / 22 days in control group) was observed. Culture of resistant cell lines in the presence of elicited antibodies led to decrease cellular resistance to vinblastin and doxorubicin in monocytic P388R cells (expressing mdr1) and leukemic L1210R cells (expressing mdr1 and mdr3) but not in fibroblastic LM(tk-)R cells and in melanocytic B16R cells. This “vaccine” approach might have potentiel clinical application in resistance typically due to mdr1 expression.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(178 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f.145-176

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne. Bibliothèque universitaire. Section Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : SATHP02205
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 6569
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.