Institutrices et instituteurs des Deux-Sèvres pendant l'entre-deux-guerres : des propagandistes de la politique gouvernementale ?

par Claudine Béguier-Magne

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de Jean-Noël Luc.

  • Titre traduit

    Teachers from the Deux-Sèvres county during the inter-war period : should they be considered as proponents of the govenement's policy ?


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Après la défaite de 1870, la classe politique française a été amenée à tirer certains enseignements quant aux raisons qui ont conduit à une telle catastrophe. Les différents gouvernements successifs ont cherché à obtenir une nation forte et éduquée. Cette mission échoit naturellement aux instituteurs, qui rencontrent alors des difficultés en accédant au double rôle d'éducateur du peuple et de serviteur de l'Etat. Peut-on encore considérer les instituteurs et les institutrices de l'entre-deux-guerres comme de véritables propagandistes de la politique gouvernementale, notamment sociale ? Les instituteurs doivent continuer d'inculquer les trois grandes valeurs : Liberté, Egalité et Fraternité, mais aussi toutes les innovations de l'époque. Leur rôle est important, et l'Etat souhaite garder un contrôle sur eux. Tout d'abord, le recrutement et la formation de ces futurs maîtres connaissent quelques évolutions : l'arrivée de plus en plus importante des sciences humaines, mais aussi un relâchement dans la discipline des normaliens. Toute la vie à l'école normale doit préparer les futurs enseignants à la situation professionnelle et morale qui les attend. Mais, après l'école normale, quels moyens de contrôle l'Etat possède-t-il sur ses représentants ? L'inspection en est un, les peines et récompenses aussi. Certains avantages font que les instituteurs se sentent parfois redevables à l'Etat. Comme au début du siècle, ils connaissent des difficultés dans leur travail, en raison des intrigues du village entre le maire, le curé, les parents d'élèves et même certains collègues. Les enseignants du primaire réagissent face aux différentes attaques et face à l'importance du rôle que l'Etat veut leur assigner. Cette thèse analyse la profession d'instituteur et d'institutrice dans les Deux-Sèvres, à une époque particulière de l'histoire de l'enseignement primaire qui connaît alors une maturité pédagogique et professionnelle. Ce département rural offre l'avantage de posséder un esprit libéral au sud et conservateur au nord, mais aussi trois religions. Les matériaux utilisés sont variés. Le dépouillement de près de deux mille dossiers personnels et une enquête au près de nombreux anciens insituteurs et institutrices publics, normaliens ou non, ont permis de réaliser une base de données féconde et d'obtenir des statistiques. Cette documentation fondamentale a été complétée par des archives administratives, la grande presse, la presse corporative, des autobiographies et des sources iconographiques

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (653 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 598-635

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TL 27-2002-15-A
  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. BU Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 27-2002-15-B
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.