Leadership, organisation et prise du pouvoir : les causes du succès des mouvements de résistance en Ouganda et au Rwanda (1981-2000)

par Musambayi Chrisanthus Katumanga

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de François Constantin.

Soutenue en 2002

à Pau .


  • Résumé

    Cette thèse entreprend une étude comparative du processus de résistance en Ouganda et au Rwanda entre 1981 et 2000. Elle cherche à comprendre les conditions sociales et les facteurs qui permettent aux mouvements de résistance de dé(re)construire les Etats. Elle met en évidence l'importance du leadership et de l'organisation ; elle attribue la réussite des dirigeants de la résistance à leur élaboration d'un cadre organisationnel ayant la capacité de miner systématiquement l'étendue institutionnelle du régime, de faire la guerre, d'avoir la capacité d'assurer des valeurs comme la légitimité interne et externe. Tout cela est fonction de l'existence de patterns complexes entre les dirigeants, leurs adeptes, les structures d'organisation et du milieu de la résistance. Le leadership pourrait éventuellement réussir s'il perçoit et traite son processus organisationnel comme une action temporaire des interactions qui doivent s'ouvrir pour permettre d'avoir des renégociations et la dé(re)construction à travers une action sociale. Ces dernières, à leur tour, permettent au mouvement de consolider son contrôle sur l'espace organisationnel, un facteur de nature à renforcer davantage la capacité organisationnelle et la mobilisation des activités. Le soutien extérieur apporté à divers acteurs dans un conflit armé dans ce sens devient un simple gilet de sauvetage. Sa valeur est fonction de la capacité organisationnelle du bénéficiaire à l'utiliser à bon escient. A travers la logique de son idéologie de re-institutionnalisation et d'unification, le processus de résistance ne peut pas seulement aider à mettre un terme à la politique d'exclusion de l'Etat et de violence prédatrice, mais aussi à le remettre sur les rails. Ce dernier processus nécessite la mise en place d'institutions de contrainte et de soumission (pour orienter les actions de la société vers des attentes de base) tout en produisant la participation politique. La stabilité socio-politique de la période post-résistance a toutes les chances d'émerger si le nouveau leadership produit des systèmes alternatifs de gouvernance basés sur des constructions inclusives à base élargie. Pour une bonne analyse du processus de dé(re)construction, la présente thèse adopte une approche sociologico-politique ayant une perspective historique.

  • Titre traduit

    Leadership, organization and the capture of power : causes underlaying the success of resistance movements in Uganda and Rwanda (1981-2000)


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (749 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 707-741

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Droit et Sciences économiques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : UDT 2127+1
  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Salle de documentation Droit.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GM1301-2002-7
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MF 1905
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.