Actualité d'un mythe : la secte des assassins et son exploitation dans la littérature francophone : le vieux de la montagne (Habib Tengour), samarcande (Amine Maalouf), le vieux de la montagne (Freidoune Sahebjam)

par Malika Kerkouche

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Beïda Chikhi.

Soutenue en 2002

à Paris 13 .


  • Résumé

    Il semblerait donc que ce serait certains contextes socio-historiques qui engendreraient la réactivation du mythe historique de la secte des Assassins dans la littérature. Bartol, par exemple, publie Alamût en 1938, au moment où les fascimes de tous bords sont en pleine ascension. En effet, tandis qu'en Italie, Mussolini gagnant l'âme de partisans de plus en plus chauds, représente l'esprit totalitaire, Hitler enflammant littéralement les foules en Allemagne, incarne le dictateur absolu. Un demi-siècle plus tard exactement, c'est Habib Tengour qui publie Le Vieux de la Montagne, dans lequel, il évoque à la suite de Bartol, le terrifiant "fondateur de l'ordre des Assassins". Et on ne peut s'étonner du regain d'interêt accordé à ce mythe, lorsqu'on sait le contexte qui prévaut aujourd'hui. Et nous même, lecteur, notre présente réflexion n'a-t-elle pas été suscitée par notre vécu ? Mais déjà, depuis Platon, la problématique du pouvoir est au centre des préoccupations des écrivains, ils ne cessent de se demander comment et à quelles conditions un ou plusieurs hommes peuvent gouverner toute une cité. Du procès de Socrate à l'affaire Dreyfus et aux purges staliniennes, le scandale de l'abus de pouvoir renouvelle toujours l'interrogation sur ce qui justifie le pouvoir politique. Que ce soit, Les milles et une années de la nostalgie, Samarcande, Le vieux de la montagne, ou encore le Vieux de la Montagne (décidément !), toutes ces oeuvres renouvellent et nourrissent ce questionnement, lui donnant cependant une coloration tout à fait originale à travers la mise en oeuvre de l'image de la secte des Assassins. Mais pourquoi et de quelle façon cette métaphore hante-t-elle la littérature de Nerval à Maâlouf ? Comment expliquer par ailleurs l'actualité et la "réalité" du mythe ? Comment préciser les raisons de sa résurgence au cours de ce siècle et notamment en sa fin ? Faut-il croire qu'un certain présent convoque un certain passé ? Pour ce faire, notre travail s'est inscrit dans un champ pluridisciplinaire : Histoire / Poétique / sociologie, développant l'investigation d'un point de vue imagologique du mythe en tant que représentation. La thèse se propose donc de définir le référent historique de la secte des Assassins, puis d'établir dans quelle mesure la configuration mythique de la secte des Assassins, constitue une matrice à partir de laquelle plusieurs expansions sont pensables. Approche sociocritique, analyse des problèmes de narratologie et de la hiérarchie des personages contribuent à éclairer chaque mise en scène de la métaphore des Assassins dans la littérature.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 302 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 283-296

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Droit/Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2002 044
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.