L'ouverture des réseaux électriques des pays d'Afrique subsaharienne aux capitaux privés : Choix organisationnels et contraintes institutionnelles

par Flavien Tchapga

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Lysiane Cartelier.

Soutenue en 2002

à Paris 13 .


  • Résumé

    Les réseaux électriques des pays d'Afrique subsaharienne (REASS) sont soumis, depuis le début de la décennie 90, à la réforme de leur organisation industrielle et de leur encadrement réglementaire. Cette dynamique s'explique davantage par des raisons liées, à l'inéfficacité de la gestion étatique du secteur, à la crise de financement subséquente, qu'à la prise en compte de l'évolution technologique dans l'organisation industrielle. Les premeières réponses à ces difficultés de fonctionnement ont été formulées dans la décennie 80. Le cadre exclusivement public de leur mise en oeuvre avait débouché sur des résultats mitigés des politiques d'assainissement financier et économiques correspondantes. Les réponses contemporaines s'articulent autour de la contestation de l'Etat-producteur et de la position de monopole des opérateurs traditionnels des réseaux électriques. . .


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 353 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 301-323

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Droit/Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 2002 056
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.