Le silence dans l'oeuvre de Rainer Maria Rilke

par Frédéric Barbotin

Thèse de doctorat en Études germaniques

Sous la direction de Erika Tunner.

Soutenue en 2002

à Paris 12 .


  • Résumé

    Né en 1875 à Prague, mort en 1927 à Valmont, en Suisse, l'écrivain germanophone RAINER MARIA RILKE a laissé une oeuvre épistolaire, narrative et poétique d'une portée considérable. L'étude que nous présentons ici vise à montrer dans quelle mesure cette oeuvre est déterminée par une poétique du silence. Le silence se définit tout d'abord par son opposition au bruit, compris comme l'ensemble des perturbations de nature physique, psychique et relationnelle qui compromettent le travail créateur en faisant écran au silence (première partie). Toutefois, le silence peut se révéler également négatif et destructeur: l'intériorité se referme au point de s'effondrer sur elle-même, menant à une privation de monde à laquelle le poète ne peut échapper qu'en passant par une crise paroxystique qu'illustre la thématique du cri (deuxième partie). Après ce tournant, le silence change de nature, devient constructeur et se fait porteur de guérison: tant pour les êtres humains, qualifiés de silenciaires, que pour les créatures animales constituant un bestiaire, et les choses qui réservent de précieuses leçons (troisième partie). Alors se manifeste , à travers la dialectique du dicible et de l'indicible, le caractère paradoxal du silence (quatrième et dernière partie). En conclusion, nous pouvons affirmer que la poétique du silence tient une place centrale dans l'oeuvre de Rilke en déterminant un cheminement et un rapport au monde.

  • Titre traduit

    The silence in the works of Rainer Maria Rilke


  • Résumé

    The German speaking writer RAINER MARIA RILKE, who was born in Prague in 1875 and died in Valmont, in Switzerland, in 1927, left behind him epistolary narrative and poetic works of considerable importance. The study which we are presenting here intends to show to what extent these works may be determined by the poetics of silence. Silence may first of all defined through its opposition to noise, meaning all physical, psychic and relational disturbances which compromise creative work by blocking out silence (Part one). However, silence can also turn out to be negative and destructive: the interiority closes up to the point at which it collapses into itself, leading to a deprivation of the world from which the poet can only escape by undergoing a paroxysmic fit illustrated by the theme of the cry (Part two). After this turning point, the nature of silence changes becoming constructive and healing: as much for human beings qualified as "silenciary", as for animals forming a bestiary, and for things which hold precious lessons (Part three). Only then does the paradoxical nature of silence show itself through the dialectic of what can or cannot be said (Final part). In conclusion, we can affirm that poetics of silence have a central position in the works of RILKE by determining a progression and a relationship with the world.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 325 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 293-317. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.