Une entreprise traditionnelle à l'heure de l'industrialisation : la Compagnie des Sablières de la Seine (1869-1980)

par Cyrille Fèvre

Thèse de doctorat en Histoire économique et sociale des pays industrialisés (XIXe-XXe siècle)

Sous la direction de Michel Lescure.

Soutenue en 2002

à Paris 10 .


  • Résumé

    C'est en 1869 que les deux Frères Piketty se lancent dans l'exploitation des sables et graviers d'alluvions de la vallée de la haute Seine afin de fournir le marché parisien. Pour résister face à une concurrence très morcelée ils s'efforcèrent de profiter des innovations apportées par la Révolution Industrielle. Grâce à cette stratégie vouée au Progrès Technique ils s'imposèrent pendant plus d'un siècle comme principal producteur de granulats pour Paris et sa région. Le défi que doit affronter la Compagnie des Sablières de la Seine tient à la difficulté d'apporter de la valeur ajoutée à un produit relativement abondant et bon marché, les granulats, entre l'extraction et la livraison aux entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics. La demande soutenue tend à encourager la recherche d'économies d'échelle que la société développe à travers les moyens de transports notamment fluviaux. C'est ainsi qu'elle fut très rapidement propriétaire d'une des plus grandes flotte fluviale sur la Seine, qu'elle modernisa dans les années 1950 avec l'introduction des convois poussés. La recherche de volumes toujours plus importants la pousse à rechercher des nouvelles sources de production : le sable de Loire, les granulats marins, la pouzzolane. . . . La seconde étape de la recherche de plus value encourage la C. S. S. à innover plus en aval de ses activités. Après l'extraction, le transport et la livraison, elle entreprend de transformer son produit de base et ainsi de se lancer principalement dans l'industrie du Béton Prêt à l'Emploi, une activité quasiment inconnue en France où les entrepreneurs avaient l'habitude de fabriquer eux-mêmes leur béton. Ainsi est créée en 1963 la société Béton de Paris. Mais, face à la récession qui affecte gravement la profession dans les années 1970 la C. S. S. Doit accepter de se faire intégrer dans le groupe Lafarge et ainsi perdre son indépendance après avoir été un siècle durant un acteur méconnu mais essentiel de l'industrialisation en Région Parisienne.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (216, [134 f.])
  • Notes : Thèse non corrigée
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Institut d'histoire économique et sociale. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 02 PA10-197 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.