Roger Munier et la "topologie de l'être"

par Chantal Colomb

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Colette Astier.

Soutenue en 2002

à Paris 10 .


  • Résumé

    Roger Munier, traducteur et ami de Heidegger, est l'auteur d'une poésie méditative. L'objet de la thèse est de se demander si son oeuvre peut être considérée comme une "topologie de l'être" dans la mesure où, dans L'Expérience de la pensée, Heidegger a déclaré : "La poésie pensante est en vérité la topologie de l'être". Il semble que Roger Munier soit plus proche de l'Ouvert rilkéen que de l'ouverture de l'être heideggerienne et que la "topologie" dont parle Heidegger soit un cadre trop étroit pour l'écrivain français. De plus, celui-ci préfère le fragment au poème et n'attribue donc pas au poème le privilège de la " poésie pensante ". Roger Munier reste cependant proche de Heidegger et de la phénoménologie dans sa volonté d'accéder "aux choses mêmes". Cette attention aux choses nécessite une poésie épiphanique tournée vers le sensible et soucieuse de traduire la présence. Mais l'herméneutique subvertit la démarche phénoménologique et les descriptions poétiques de Roger Munier ne sont qu'en apparence proches de celles de Husserl et de Heidegger. A partir de Mélancolie (1987), c'est le mystère du dehors pur, et non plus véritablement le sensible, qui retient l'attention de l'écrivain. En effet, son écriture poétique est plutôt au service de l'expérience mystique que de la pensée. Marqué par ses lectures de Maître Eckhart et sa traduction de Silesius, Roger Munier se tourne vers la voie négative. Sa "topologie" est ainsi davantage une topologie du Rien qu'une " topologie de l'être ". Cette oeuvre placée dans l'héritage de Heidegger et du Romantisme allemand relève donc de la poésie épiphanique mais doit être située sur un plan européen et non pas dans le cadre trop restreint de la poésie française. Son originalité réside dans la conjonction d'une poésie de la présence hors du poème et d'une herméneutique négative. Pour Roger Munier, la poésie n'est pas une fin en soi, mais l'instrument de la topologie du Rien qu'il s'agit d'élaborer.

  • Titre traduit

    Roger Munier and "the topology of the being"


  • Résumé

    Roger Munier, translator and friend of Heidegger, is the author of a meditative poetry. The object of the thesis is to ask if his work can be consider as a "topology of the being" whereas in The Experience of the thinking Heidegger has declared : "The thinking poetry is truly the topology of the being". It seams that Roger Munier is closer to the Open of Rilke than to the opening of the being of Heidegger, and that the "topology" which Heidegger is speaking about is a too narrow frame for the French author. Moreover, he prefers the fragment to the poem and does not award the poem the privilege of the "thinking poetry". Roger Munier stays however close to Heidegger and to the phenomenology because his will to access to the "things themselves". This attention to the things needs an epiphanical poetry turned towards the sensible and concerned with the translation of the presence. But the hermeneutism subverts the phenomenological method and the poetical descriptions of Roger Munier are only apparently close to those of Husserl and Heidegger. From Melancholy (1987), it is the mystery of the pure outside, and not yet the sensible in itself, that keeps the attention of the author. Indeed, his poetical writing is rather in service of the mystical experience than of the thinking. Impressed by his readings of Master Eckhart and his translation of Silesius, Roger Munier turns himself towards the negative way. So his "topology" is rather a topology of the nothingness than a "topology of the being". This work, which is located in the heritage of Heidegger and German Romanticism, therefore belongs to epiphanical poetry but has to be settled at European range and not inside the too narrow perspective of the French poetry. His originality consists in the union of a poetry of the presence outside the poem and of negative hermeneutism. For Roger Munier, poetry is not a purpose in itself but the means of the topology of the nothingness which is to be achieved.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (615 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 554-594

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 02 PA10-120 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.