La frontière entre guerre et paix

par Laurent Chevalier

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de François Laruelle.

Soutenue en 2002

à Paris 10 .


  • Résumé

    La frontière est le concept central de la géographie. Non pas parce qu'elle serait une donnée naturelle de la Terre (géo), mais bien parce qu'elle est son écriturre (graphie). La frontière ne naît pas avec la Terre mais avec son dédoublement cartographique. Son écriture suppose autant le mythe que l'histoire, car elle est de l'ordre du signe entre sacralisation et désacralisation. Mais plus qu'un signe parmi d'autres, nous verrons qu'elle est consécutive de l'acte même de signifier et de faire sens. Aussi, nous nous limiterons pas à étudier l'un de ses masques en particulier. Nous tenterons plutôt de saisir son fonctionnement même à travers ses principales articulations. Car celles-ci fondent et structurent autant l'espace et le temps de toute communauté humaine que l'espace et le temps de tout individu qui y est intégré, voudrait l'être ou chercherait, au contraire, à s'en libérer. Dans cette perspective penser la frontière, c'est rester à la frontière de la philosophie, de la psychanalyse et des sciences. Enfin, si la réalité de la frontière c'est la guerre et sa fiction la paix, c'est en explorant l'entre-deux que nous ne serons peut-être plus dupe de l'un ou de l'autre. L'enjeu ne pourra se réduire à l'espoir d'une autre vie, mais à l'invention d'une histoire qui ne sera plus celle de la violence et de l'illusion des frontières.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (486 p.)
  • Notes : Thèse reproduite
  • Annexes : Bibliogr. p. 471-486

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 02 PA10-53 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.