La Corse, la Sardaigne, l'Europe : une nouvelle donne géopolitique entre régions, Etats-nations et Union européenne ?

par Emmanuel Bernabéu-Casanova

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Béatrice Giblin-Delvallet.

Soutenue en 2002

à Paris 8 .


  • Résumé

    Depuis la fin des années 1980, sous l'égide de l'Union européenne, les Corses et les Sardes développent des projets de rapprochement en commun. Après des siècles d'indifférence mutuelle, les deux populations insulaires semblent se découvrir. Distantes de seulement douze kilomètres, la Corse et la Sardaigne, ayant intégré au cours des derniers siècles deux grands Etats-nations, la France et l'Italie, ont généré très peu d'échanges. Si la géographie rapproche ces deux îles, en revanche, l'histoire et les formations sociales spécifiques des deux sociétés insulaires semblent les éloigner. Cependant depuis le début du XXe siècle, un trait commun les unit : la montée en puissance des phénomènes nationalistes, qui s'est toutefois déroulée dans des conditions particulières et au cours de temporalités différentes. Bien qu'on puisse les opposer quant au recours à la violence ou la participation à la vie politique, les nationalismes corse et sarde ont pris une place importante dans le débat politique au sein de leur île respective. Or, les nationalistes corses et sardes, au-delà de leurs combats pour leur langue, leur culture, l'environnement ou la préservation de leur "peuple" souhaitent promouvoir des régions plus autonomes des Etats-nations et plus proches des instances européennes. Ce projet semble prendre corps depuis peu par l'action des élus des partis politiques traditionnels corses et sardes, qui ont mis en place un puissant arsenal de lobbying s'inscrivant dans le cadre d'une véritable "logique des îles". Le but poursuivi est une meilleure reconnaissance du phénomène insulaire au sein de l'Union européenne mais aussi une plus grande émancipation des régions, notamment des îles, vis-à-vis des Etats-nations de tutelle. A l'avenir, ce projet géopolitique servira-t-il les intérêts des Corses et des Sardes ? En effet, l'ouverture prochaine de l'Union européenne aux pays de l'Europe Centrale et Orientale risque de priver les îles de la Méditerranée des subsides européens. De plus, la croyance en une possible "logique des îles" au sein d'une Europe des régions ou en une future zone de libre-échange méditerranéenne risque d'entraîner les dirigeants insulaires sur de fausses pistes. Dès lors, on peut imaginer trois scenarii pour l'avenir de la Corse et de la Sardaigne : un scénario républicain, un scénario autonomiste et un scénario fédéraliste, sans pour autant pouvoir affirmer lequel s'imposera dans le futur.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Corsica, Sardinia and Europe : a new geopolitical deal between regions, Nations-states and the European union


  • Résumé

    Since the end of the 1980s, under the aegis of the European Union, Corsicans and Sardinians have been developing joint projects aiming at coming closer together. The two island peoples seem to have discovered each other after centuries of mutual ignorance. Only twelve kilometres away from each other, Corsica and Sardinia have integrated two large nation-states, France an Italy, yet they have exchanged little. Whilst differing as to recourse to violence or involvement in politics, the Corsican and Sardinian nationalisms have taken much space in the political debate in both islands. These nationalisms, in addition to their struggle for language, culture, the environment and preservation of their "peoples", intend to promote regions that would be more autonomous from nation-states and closer to European institutions. Recently this project seems to be taking shape thanks to members of traditional political parties from Corsica and Sardinia. They have set up a powerful arsenal of lobbying tools within the framework of a real "island logic". The aim is for the European Union to better acknowledge the "island phenomenon" within itself, but also a greater emancipation of regions, especially islands, vis-à-vis nation-states they belong to. Will this geopolitical project serve the interest of Corsicans and Sardinians in the future ? Indeed, the upcoming widening of the European Union to CEE countries jeopardizes EU subsidies to Mediterranean islands. Moreover, the islands' leaders might soon discover that believing in an "island logic" within a Europe of regions or a future Mediterranean free-trade area could be a red herring. Three scenarios can be envisioned for the future of Corsica and Sardinia : a republican scenario, a separatist scenario and a federal one. But which one of the three will eventually be realised is still unclear.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (510 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 403-439

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 1792/1,2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : MF 3210
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.