Figures ouvrières d'aujourd'hui : un enjeu anthropologique et politique, enquêtes auprès des ouvriers de Ford-Aquitaine

par Marianne Hérard

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Sylvain Lazarus.

Soutenue en 2002

à Paris 8 .


  • Résumé

    Ma thèse traite des formes de pensée des ouvriers aujourd'hui. Je montre que la question ouvrière n'est pas obsolète et qu'il n'est pas pertinent de la maintenir dans l'idée de la classe. Je mets également en perspective la façon dont certains sociologues présentent actuellement les ouvriers : " pauvres ", " précaires " et " sans repère ". Ils déploient une vision des ouvriers en creux, en absence et leur champ d'investigation se décentre des usines. Par un travail sur les catégories de pensée des ouvriers selon la méthode de l'anthropologie ouvrière, je montre qu'ils ont au contraire des repères nouveaux selon des schémas de pensées inédits. Les ouvriers proposent des principes originaux autour du travail ouvrier, disposent une idée singulière d'égalité Des traits singuliers d'une figure ouvrière se dessinent : ni antagoniques, ni dialectiques, ni historiques. Cette thèse soutient qu'étudier des formes de pensée des ouvriers constitue un enjeu de connaissance contemporain et un espace de réflexion pour la politique : les ouvriers veulent que soit rompu le silence qui les entourent et être considérés autrement que comme classe dominée


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Contemporary worker's awarenesses : an anthropological and political challenge : researches on Ford-Aquitaine workers


  • Résumé

    My PH. D thesis deals with nowadays workers' forms of thinking. I demonstrate that the question of workers is not obsolete but that it is not relevant to treat it as class issue. I also give a review of the way some sociologists present workers nowadays : "poor", "precarious" and "without any references". Those sociologists therefore elaborate a vision of the workers, like a hollow image, as missing and their field of investigation is less and less focused on the factories. Thanks to a work on the categories of thinking used by the workers along the line of Anthropologie ouvrière (industrial anthropology), I show that, on the contrary, workers have new references organised along new ways of thinking. The workers suggest original principles around factory work, present singular idea of equality. . . Singular features of a worker awareness appear : neither antagonistic, nor dialectical, nor historical. This thesis argues that studying workers'forms of thinking constitue a contempory intellectual challenge and a space to reflect on politics : the workers want the silence wich has surrounded them for a long time to be broken. They want to be considered another way than as a dominated class

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 373 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 326-332

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 1736
  • Bibliothèque : Mines ParisTech. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : CERNA 5078
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.