L'Oulipo : langages et esthétique de la complicité

par Hervé Le Tellier

Thèse de doctorat en Lettres, sciences humaines et sociales

Sous la direction de Bernard Cerquiglini.

Soutenue en 2002

à Paris 7 .


  • Résumé

    L'Oulipo ouvroir de littérature potentielle, est née en 1960 fondé par Raymond Quenau et François Le Lionnais. Ni école, ni mouvement, ni avant-garde, cette co-commission du Collège de Pataphysique regroupe des écrivains et des mathématiciens, des écrivains-mathématiciens, des mathématiciens-écrivains, et des érudits. Sa pierre de touche sera l'exploration du lien entre mathématique et littérature, un lien qui va se décliner autour de notions diverses, évolutives, mobiles, en quarante ans d'existence : structure, contrainte, consigne, axiomatique, manipulation, combinatoire, procédé, procédure, etc. Son projet est de "penser, classer" les contraintes. Mais du point de vue du lecteur, ce projet peut s'envisager sous un angle triple : celui d'une connivence immédiate (complicité passive), d'une complicité cuturelle (propre à toute écriture), enfin de la constitution d'un "lecteur oulipien", lecteur auquel il est demandé un véritable effort, qui dépasse le cadre "naturel" du contrat passé entre un lecteur et un auteur. Mais la complicité oulipienne s'étend ainsi bien au-delà des seules oeuvres et des différents travaux des ses membres, voire du choix commun (pourtant chaque fois tout personnel) de recourir à des "contraintes". Elle va jusqu'à définir, insensiblement, à travers les jeux de la forme et du langage, un rapport au monde à la fois grave et facétieux, où la sagesse va de pair avec le coix accepté du dérisoire, et dont la tradition ancienne, voire antique, loin d'une "modernité" en permanente agonie, loin d'un post-modernisme taxinomisme et illusoire, s'ancre tout simplement dans ce qu'il faut bien appeler par son nom : l'humanité.


  • Résumé

    The oulipo, Ouvroir de littérature potentielle, was born in 1960, and founded by Raymond Queneau and François Le Lionnais. Neither school nor movement, nor avant-garde, this co-commission of the College of Pataphysique regroups writers and mathematicians, writers who are also mathematicians, mathematicians who are also writers. For forty years and still now, its touchstone is the exploration of the link between mathematics and literature, a link that can be described through various notions, evolutive and changing : structure, constraint, order, axiomatic, manipulation, combinatory, process, procedure, etc. Its project is to "think / classify" constraints. But, from the reader's point of view, this project can also be understood under a triple angle where complicity is involved : the connivance can be immediate (passive complicity), cultural (as, truly, for all writing), or lead to the construction of an "oulipian reader". "This oulipian reader" must be ready to carry out a real effort, that exceeds from far the natural and conventional contract between the reader and the author. But oulipian complicity spreads thus far beyond the mere works of its members. It surpasses the common choice (nevertheless entirely individual) to resort to constraints. It defines imperceptibly, through the games induced by forms and language, a relationship to the world, a simultaneously serious and facetious relationship. Wisdom often walks along with derisory. This ancient tradition, perhaps even antique, far from a permanently agonizing modernism and any taxinomist and illusory post-modernism, simply anchors Oulipo in what may be called by its name : humanity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. 458 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2002) 062

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 7064
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.