Imaginaire et écriture de la mort dans l'oeuvre de Marcel Proust

par Aude Le Roux

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation françaises

Sous la direction de Pierre-Louis Rey.

Soutenue en 2002

à Paris 3 .


  • Résumé

    Partir en quête des images, métaphores et comparaisons, qui ont pour vocation, chez Proust, de parler de l'indicible, d'approcher l'inconnaissable, bref de dire la mort : ce projet, d'inspiration thématique, s'étend à l'ensemble de l'œuvre proustien, lettres, essais et bien sûr romans, textes publiés et esquisses. En étudiant tout d'abord le rapport de l'écriture proustienne aux topoi, puis en tentant d'établir une définition " conceptuelle " et " dogmatique " de la mort, en nous attachant enfin aux images funestes ayant trait aux mondes végétal, animal et minéral, l'ambition est triple : montrer comment Proust procède entre innovation et imitation ; évaluer dans quelle mesure le " discours " sur la mort coïncide ou s'écarte de sa " mise en œuvre " dans les images ; mettre au jour le pouvoir de libération des métaphores macabres, la paradoxale puissance de résistance à la mort et à l'oubli qui gît en elles. En effet, les feuillages jaunis des chevelures, les fruits blettes, les visages rougis comme des baies ratatinées qui évoluent dans le " Bal de têtes " font de lui un jardin d'hiver ; la bête étrange qui agite le corps de la grand-mère, les oiseaux qui voltigent sinistrement au-dessus de la tête d'Albertine, les monstrueuses et immémoriales baleines, les cocons humains de la dernière matinée, transforment À la recherche du temps perdu en une arche étrange ; les pantins grotesques, les gisants immobiles, les statues effritées, les sombres eaux-fortes peuplent un roman de la réification et de la pétrification La mort pour Proust est " éminemment positive " et " fragmentaire " donc " familière " : le cortège d'images qui lui donnent corps met en évidence cette double conviction, mais se faisant, et par la puissance de la métaphore proustienne, elles élaborent la complexe beauté de l'œuvre, celle qui la promet à l'éternité artistique.

  • Titre traduit

    Imagery and writing of death in Marcel Proust's work


  • Résumé

    In the search for images, metaphors and comparisons, which, in Proust's work, aim to speak of the unspeakable, to reach the unknowable, in short, to say Death : this project, inspired by thematic criticism, covers the whole of Proust's work (letters, essays and novels, published texts and drafts). While studying first of all the relationship between Proust's way of writing and stereotypes concerning death, then trying to establish a conceptual and "dogmatic" definition of death, and finally, focusing on deathly images which are linked with vegetable, animal and mineral kingdoms, one identifies three goals : to show how Proust deals with innovation and imitation ; to evaluate the extent to which his discourse regarding death coincides with or steps back from the way he uses macabre images ; to enlighten both the death metaphor's power of liberation and the paradoxical strength of resistance against death and the forgetting which lies within them. Indeed, the yellow foliages of hair, the rotten fruits and the reddened faces dried up like berries which appear in "Le Bal de têtes" turn it into a winter garden ; the strange beast shaking the grand-mother's body, the birds which sinisterly fly above Albertine's head, the monstrous and age-hold whales and the human cocoons of the last "Matinée" transform À la recherche du temps perdu into a strange ark ; the grotesque puppets, the motionless recumbent statues, the crumbled sculptures, the dark etchings fill a novel of reification and petrifaction According to Proust, death is "eminently positive" and "fragmentary", thus "familiar" : this double conviction is brought to the fore by the succession of images which embody it. But, in doing so, and by the power of Proust's metaphor, the complex beauty of his work is brought to fruition, promising it to artistic eternity.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2005 par H. Champion à Paris

Imaginaire et écriture de la mort dans l'oeuvre de Marcel Proust


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 621 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 571-593. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2005 par H. Champion à Paris

Informations

  • Sous le titre : Imaginaire et écriture de la mort dans l'oeuvre de Marcel Proust
  • Dans la collection : Recherches proustiennes , 7
  • Détails : 1 vol. (496 p.)
  • ISBN : 2-7453-1152-2
  • Annexes : Bibliogr. p. [467]-482. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.