L'image et la culture de la Sardaigne dans la filmographie italienne du deuxième après-guerre à la fin des années 70

par Matilde Murru

Thèse de doctorat en Études cinématographiques et audiovisuelles

Sous la direction de Francis Ramirez.

Soutenue en 2002

à Paris 3 .


  • Résumé

    Terre de bandits ou paradis exotique pour y passer les vacances? Il semble que, dès ses premières apparitions à l'écran, la Sardaigne n'offre d'autre alternative que ces deux lieux communs. Ce travail se propose justement d'aller au-delà des clichés et d'examiner très précisément quelle image le cinéma, avec son langage et ses modalités spécifiques, a donné de la culture et de la réalité sardes. Tout au long de notre recherche, nous avons pris en considération les documentaires et les films de fiction concernant l'île à une période bien précise de l'Histoire, celle qui va du deuxième après-guerre à la fin des années 70. Les documentaires ont été divisés en six groupes thématiques correspondant aux phases historiques et aux problèmes les plus significatifs de la société sarde. Pour ce qui concerne la fiction, nous avons essayé de dresser un inventaire de tous les films qui, directement ou indirectement, évoquent la Sardaigne, depuis Cenere (1916) avec Eleonora Duse jusqu'à Chiedo Asilo (1979) de Marco Ferreri. Chaque type de production est analysé à partir de son contexte historique et politique. Cette problématisation sociale, qu'elle soit affichée ou occulte, apparaît en effet comme l'une des données constantes de cette cinématographie peu connue, appréhendée ici dans son ensemble pour la première fois. Il faut enfin signaler deux brefs entretiens avec Gavino Ledda et les frères Taviani, respectivement auteur et réalisateurs du film le plus connu à l'étranger, et probablement le seul qui ait montré un peu de la réalité sarde au reste du monde.

  • Titre traduit

    The image and culture of Sardinia in Italian film from world war II until the end of the 1970's


  • Résumé

    Land of bandits or exotic holiday paradise ? It seems that from its first appearances on the screen Sardinia offers only these two clichés. This paper intends to go beyond the commonplace to precisely analyse the image the cinema has given to Sardinian culture and reality, with its language and its peculiar features. During our study, documentary films and fictions concerning the island have been considered from the Second Post-War to the end of seventies. The documentary films have been divided in six thematic groups relating to historic periods and to the most important problems of Sardinian society. In terms of fiction, we sought to draw up an inventory of all films which recall, directly or indirectly, Sardinia from Cenere (1916) with Eleonora Duse to Marco Ferreri's Chiedo asilo (1979). Finally we point out two short interviews with Gavino Ledda and with the Taviani brothers, respectively author and directors of the most famous film abroad and probably the only one which was able to portray clearly some Sardinian reality.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (417 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Filmogr. f. 310-367. Bibliogr. f. 368-396. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 6311
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.