La fin de l'égologie ? : recherches sur Valéry, Rilke, Celan et Beckett

par Marcel Krings

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Stéphane Michaud et de Peter Pfaff.

Soutenue en 2002

à Paris 3 en cotutelle avec Ruprecht-Karls-Universität (Heidelberg, Allemagne) .


  • Résumé

    La crise actuelle de la subjectivité résulte d'un manque d'être, modifiant, chez Nietzsche, la conscience jadis identique en épiphénomène psychologique, à son tour liquidé par la pensée déconstructiviste. Unité d'être et de conscience, la théorie égologique de Kant et Fichte constitue alors le point de repère pour les poètes qui se heurtent à la prédominance de la différence. Ils tâchent ainsi de restituer l'identité à la conscience qui serait alors le nouveau garant de la connaissance. La présente analyse se propose de montrer, grâce à la méthode herméneutique, quelles sont les obstacles qui s'opposent, chez quatre auteurs importants, à la tentative poétique : Ce sont la douleur physique dans Monsieur Teste de Valéry, l'insurmontable atrocité de l'étant dans Les cahiers de Malte Laurids Brigge de Rilke, la mortalité de la parole dans L'entretien dans la montagne de Celan et finalement, l'indéterminabilité du Moi dans L'Innommable de Beckett qui constituent la limite de la différence que la conscience s'avère incapable de franchir. L'être et la pensée étant divergents, les textes mettent en évidence le fait que la subjectivité se soustrait à toute expression absolue, qu'elle soit langage ou théorie systématique. L'expérience faite par les poètes s'oppose ainsi aux tentatives philosophiques qui s'efforcent, comme Manfred Frank, de fonder le Moi sur l'identité préréfléxive ou, comme Jacques Derrida, de liquider le sujet. En effet, les personnages de Beckett soulignent que, la plupart du temps, l'homme n'est qu'un clown indigne et c'est Celan qui, même face à la différence, ne renonce jamais à l'espoir d'une véritable identité. Ainsi, le modèle de l'égologie se maintient même dans les textes qui n'y renvoient pas explicitement, la subjectivité moderne incitant la conscience à revenir à l'endroit précis où jadis se trouvait l'être du sujet identique. Potentialité vide, le Moi contredit désormais son abolition.

  • Titre traduit

    The end of egology ? : interpretation of Valéry, Rilke, Celan and Beckett


  • Résumé

    Today's crisis of subjectivity results from a growing loss of being which transformed the once identical consciousness into a psychological epiphenomenon (Nietzsche) then entirely liquidated by postmodernism. Still, Kant's and Fichte's concept of egology, meaning unity of conscience and being, was an impulse to those poets that felt offended by the overweight of objective difference. Thus, by trying to restaure identity, they meant no less than to encourage consciousness to reaffirm reality and to guarantee perception. The present analysis aims at retracing the obstacles which four important concepts of subjectivity cannot remove: In Valéry's Monsieur Teste physical pain, in Rilke's Aufzeichnungen des Malte Laurids Brigge atrocities of the world, in Celan's Gespräch im Gebirg mortality of the living word, and in Beckett's L'Innommable undemonstrability of the Self form the limits of difference that consciousness cannot cross. Because of the fact that being and thinking are no longer congruent, the texts underline that subjectivity eludes absolute expression in either language or theory. So, poetic insight contradicts philosophers merely trying, like Manfred Frank, to establish the subject on prereflexive identity or, like Jacques Derrida, to liquidate any subjectivity. For in fact, Becketts̀ protagonists show that man is nothing but an unworthy clown, and even in view of mortal difference, Celan doesn't abandon his hope of a word of identity. Thus, the egological method is maintained even when texts do not refer to it explicitely. Modern subjectivity urges consciousness to return to the point at which, in former days, the being of an identical Self could be made plausible. Even as empty potentiality, the subject defends its existence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 312 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.