La fascination de la mort dans les Mémoires d'outre-tombe de Chateaubriand

par Gábor Csíky

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Philippe Hamon et de Olga Penke.

Soutenue en 2002

à Paris 3 en cotutelle avec Szegedi Tudományegyetem .


  • Résumé

    La présente recherche comporte deux parties qui se démarquent nettement l'une de l'autre par leur thème et leur méthode. La première, consacrée à la mort dans l'histoire, est placée sous l'égide de la problématique du meurtre, de la mort violente. La deuxième s'intéresse à l'expérience de la mort que ce soit celle de soi, des proches ou des autres. Une problématique commune parcourt la mort dans l'histoire et la mort comme mode de vie : la représentation scriptuaire du passé historique et les témoignages personnels se définissent par rapport à une obsession, ou encore mieux, à une fascination devant la mort. Chacune de ces parties se déroule selon un parcours orienté qui se trouve obéir chaque fois à un rythme ternaire. Ainsi la mort dans l'histoire s'ouvre délibérément sur l'analyse de la période révolutionnaire, de sa naissance criminelle jusqu'à la disparition de ses acteurs ; elle franchit ensuite le stade du règne de Napoléon, en partant de l'exécution du duc d'Enghien pour arriver au tombeau de l'Empereur à Sainte-Hélène ; on passe enfin de ces grandes périodes historiques aux années de la Restauration pour s'arrêter au moment de la mort de Charles X. Le parcours de la triade de soi, des proches et des autres, épouse les trois phases de l'expérience de la mort qui devient un véritable mode de vie ; du stade du savoir extérieur et impersonnel de la mort commune, il passe à la disparition des proches en évoquant les problématiques de la perte et du deuil ; il se termine avec la mort à la première personne, la mort appropriée et intériorisée.

  • Titre traduit

    Fascination of death in the Mémoires d'outre-tombe of chateaubriand


  • Résumé

    The present thesis consists of two parts which are demarcated distinctly by their theme and their method. The first, dedicated to death in history, is placed under the aegis of the problem of murder, of violent death. The second deals with the experience of death whether it affects the self, the relatives or others. A common problem traverses death in history and death as a way of living : the scriptural representation of the historic past and the personal testimonies are defined in comparison with an obsession, or even better, a fascination over death. Both parts are structured according to an orientated trajectory which is found to assume each time a triple rhythme. In this way, death in history begins deliberately with the analysis of the French Revolution, from its criminal birth until the disappearance of its actors ; it goes through the entire reign of Napoléon, from the execution of the duke of Enghien to the tomb of the Emperor at Sainte-Hélène ; it reaches finally the years of the Restauration to stop at the moment of the death of Charles X. The trajectory of the triad of the self, of the relatives and of others, embraces the three phases of the experience of death which becomes a veritable way of life ; from the stadium of the external and impersonal knowledge of common death, it goes through the disappearance of relatives by evoking the problems of loss and of mourning ; it comes to an end with the death in the first person of the appropriated and internalized death.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 375 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.