Les missions archéologiques françaises et la question des antiquités en Perse (1884-1914)

par Mohammad-Nader Nasiri-Moghaddam

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Yann Richard.

Soutenue en 2002

à Paris 3 .


  • Résumé

    Au cours du dernier quart du XIXe siècle, dans une ambiance de rivalité entre les grands musées occidentaux qui se passionnaient pour l'acquisition des antiquités de Perse, la France l'emporta sur tous ses concurrents. Elle signa plusieurs conventions archéologiques avec le gouvernement persan qui lui accordaient ainsi : l'autorisation d'entreprendre des fouilles à Suse (1884), le privilège exclusif de pratiquer des fouilles dans toute la Perse (1895), et enfin, un monopole perpétuel lui donnant la propriété des découvertes de Suse (1900). Les activités archéologiques françaises en Perse débutèrent donc en 1884 et, malgré l'abolition du monopole en 1927, s'y maintinrent presque un siècle durant. La présente étude s'attache à examiner l'histoire des missions archéologiques françaises en Perse en parallèle avec le marché de l'art et les organisations archéologiques de ce pays durant la période 1884-1914. Tout en présentant les découvertes des missions Dieulafoy, de Morgan, de Mecquenem, Fossey, etc. , ce travail s'intéresse aux conséquences des intérêts archéologiques français sur les fouilles pratiquées par les Iraniens, ainsi que sur les efforts législatifs et administratifs du gouvernement persan pour protéger les antiquités nationales. En analysant le contenu des conventions archéologiques franco-persanes, cette étude met en lumière la façon dont les termes de ces conventions ont été respectés par les deux parties. Ce travail s'interroge aussi sur la conscience que Cour de Perse avait de l'importance des antiquités du pays, et sur les motifs pour lesquels elle a accordé de tels privilèges archéologiques à la France. L'impact de la Révolution constitutionaliste de 1906 sur le monopole archéologique français et sur le marché de l'art persan est analysé en détail, de même que la réaction russo-britannique face à l'octroi de ces privilèges archéologiques, alors que la Perse de l'époque se trouve dans la zone d'influence de ces deux puissances.

  • Titre traduit

    French archaeological missions and the questions of antiquities in Persia (1884-1914)


  • Résumé

    During the last quarter of the 19th century in an atmosphere of intense rivalry between the great Western museums that were competing for the acquisition of Persian antiquities, France overtook its competitors. It signed archaeological conventions with the Persian government that granted it: the authorisation to undertake excavations in Susa (1884), the exclusive privilege to undertake excavations in the whole of Persia (1895) and, finally, the perpetual monopoly comprising the ownership of discoveries made in Susa (1900). French archaeological activities in Persia thus started in 1884 and went on for almost a century despite the abolition of the monopoly in 1927. This dissertation analyzes the history of French archaeological missions in Persia in parallel with the art market and various archaeological organisations there during the period 1884-1914. While presenting the discoveries of the missions headed by Dieulafoy, de Morgan, de Mecquenem, Fossey, etc. , this study examines the consequences of French archaeological interests on excavations practised by Iranians as well as on the Persian government's administrative and legislative efforts to protect national antiquities. The analysis of these archaeological conventions shows how the two parties respected them. Questions are raised about the extent to which the Court of Persia was aware of the importance of its antiquities and about the motives behind the granting of such vast archaeological privileges. The impact of the Constitutional Revolution of 1906 on the French archaeological monopoly as well as on the market of Persian art and antiquities is also studied. The reactions of Russia and Great Britain to the granting of archaeological privileges to France by Persia, which was part of their zone of influence, also come under question.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2003 par Atelier national de Reproduction des Thèses à Lille

Les missions archéologiques françaises et la question des antiquités en Perse (1884-1914)


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 499 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 395-414

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations. Bibliothèque James Darmesteter.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH PM 1.60
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2003 par Atelier national de Reproduction des Thèses à Lille

Informations

  • Sous le titre : Les missions archéologiques françaises et la question des antiquités en Perse (1884-1914)
  • Détails : 2 microfiches
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.