Les philosophies d'André Breton (1924-1940)

par Emmanuel Rubio

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Henri Béhar.

Soutenue en 2002

à Paris 3 .


  • Résumé

    Compris par la critique entre une " philosophie du surréalisme " systématique et le bricolage idéologique jusqu'à la vacuité du sens, le rapport de Breton à la philosophie peut paraître aussi problématique qu'inévitable. Entre ces deux extrêmes, il est pourtant possible de mettre en place une nouvelle approche, qui renoncerait à une cohérence totale du corpus pour suivre les évolutions d'une philosophie en devenir. Attachée aux références explicites du poète, notre étude s'intéresse ainsi non plus à la philosophie de Breton, mais à ses philosophies : celles qu'il parcourt, qu'il détourne, qu'il récrit ; celles qu'il met successivement en place à partir des premières. Hegel, Marx, Freud, la psychiatrie, mais aussi Kant, Fichte, Schelling, Schopenhauer ou Feuerbach, trop négligés généralement par la critique, offrent un champ philosophique complexe, à partir duquel peut être tracée la courbe sinueuse, mais non sans cohérence, suivie par le poète. De 1924 à 1940 se présentent finalement plusieurs moments théoriques. Parti d'un idéalisme extrême, rapportant la présence du monde aux pouvoirs créateurs du Verbe individuel, Breton est rapidement confronté au matérialisme dialectique,. . .

  • Titre traduit

    André Breton's philosophies (1924-1940)


  • Résumé

    Considered by the critics as either a systematic " philosophy of surrealism ", or as an ideological " bricolage " devoid of sense, Breton's link to philosophy appears problematic as much as unavoidable. Between these two extremes a new approach can nevertheless be tried, abandoning the idea of a coherence of the whole corpus to follow the evolutions of a philosophy in progress. By paying careful attention to the explicit references of the poet, we will study, not Breton's philosophy, but his philosophies: those that he reads, distorts, or rewrites; those he successively builds. Hegel, Marx, Freud, psychiatry, but also Kant, Fichte, Schelling, Schopenhauer and Feuerbach, often neglected by the critics, define a complex philosophical area where the winding - but not incoherent - course of the poet can be drawn. From 1924 to 1940, several theoretical moments appear. Initially professing an extreme idealism, believing in the power of language to recreate the world, Breton is soon confronted with dialectic materialism,. . .

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par L'Âge d'homme à Lausanne

Les philosophies d'André Breton, 1924-1941


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol (804 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 771-792. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par L'Âge d'homme à Lausanne

Informations

  • Sous le titre : Les philosophies d'André Breton, 1924-1941
  • Dans la collection : Bibliothèque Mélusine
  • Détails : 1 vol. (559 p.)
  • ISBN : 978-2-8251-3962-2
  • Annexes : Bibliogr. p. 541-547. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.