Oscar Wilde en son temps : aux frontières de l'art et de la réalité

par Maha el Assad

Thèse de doctorat en Études irlandaises

Sous la direction de Paul Brennan.

Soutenue en 2002

à Paris 3 .


  • Résumé

    Réagissant contre une société matérialiste et positiviste, Oscar Wilde, à l'instar de nombreux artistes en cette fin du dix-neuvième siècle, fussent-ils en Angleterre ou bien en France, proclamait la supériorité et l'autonomie de l'art vis-à-vis de la vie. L'art, selon Wilde, doit être considéré comme une entité parfaite, une sphère distincte, au-delà du réel, au-delà du temps, au-delà de la surface, et au-delà de la morale. La tragédie finale de l'auteur irlandais, suscitée par son engouement extrême pour Lord Alfred Douglas d'un côté, et par la terrible vengeance d'une société qu'il méprisait d'un autre, semble illustrer toutefois l'échec de l'artiste dans sa tentative de vivre l'art comme un absolu. Dans son oeuvre, et notamment dans ses dernières pièces de théâtre, Wilde transgressera par ailleurs quelques essentiels préceptes de "l'art pour l'art" en vue de répondre aux attentes du public victorien. Cependant, et malgré les apparences, Oscar Wilde, le parfait dandy, aura en définitive vécu sa vie comme une oeuvre d'art. Il aura imaginé et anticipé dans nombre de ses écrits, le parcours qu'il lui plaisait de suivre, celui qui lui accordait le beau rôle final de l'artiste matyr, incompris et rejeté par la foule, forcément philistine.

  • Titre traduit

    Oscar Wilde in his time : on the borderline between art and reality


  • Résumé

    In reaction to a materialistic and positivist society, Oscar Wilde, along with many other artists at the end of the nineteenth century, whether in England or in France, proclaimed the superiority and autonomy of art in relation to life. Art, according to Wilde, is to be considered as a perfect entity, a distinct sphere that lies beyond reality, beyond time, beyond the surface, and beyond morals. The final tragedy of the Irish writer, caused by his extreme infatuation for Lord Alfred Douglas, but also by the dreadful vengeance of a society which he despised, seems to illustrate however the failure of the artist in his attempt to live art as an absolute. In his works, and mainly in his last plays, Wilde even transgressed a few essential precepts of "art for art's sake" so as to come up to the expectations of the Victorian public. Nevertheless, contrary to appearances, Oscar Wilde, the perfect dandy, lived his life as a work of art. He even imagined and anticipated, in a number of his writings, the path he liked to follow, the one that granted him the final part of the martyred artist, misunderstood and rejected by the inevitably philistine masses.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 323 f.-[10] f. de pl.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 302-328

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.