Le jeu du je chez Raymond Roussel

par Toshihiro Kokubu

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Henri Béhar.

Soutenue en 2002

à Paris 3 .


  • Résumé

    L'oeuvre de Raymond Roussel est profondément marquée par une étrange présence du "je". Ce "je", complètement privé de "substance" en tant que personnage et ne jouant pas de rôle important dans l'histoire, domine pourtant le récit de la première à la dernière ligne. Malgré ses apparitions sporadiques, le "je" mystérieux de Roussel est le centre de gravité du texte autour duquel s'articule tout son univers. Notre travail consiste à étudier les caractéristiques de l'oeuvre de Roussel en analysant son utilisation de la première personne et le statut du "je" narrateur. Nous nous efforçons de montrer par diverses voies combien est essentiel, et même indispensable, l'usage de la première personne chez cet auteur. Dans son univers, c'est le "je" seul qui parle, invente et ordonne les chose. L'altérité en est exclue. En somme, l'imagination roussellienne aspire toujours à une grande "unité", dont la première personne est une manifestation concrète. Pour mieux éclairer la problématique du "je" roussellien, nous procédons en trois étapes. . .

  • Titre traduit

    The ambiguous "I" in the works of Raymond Roussel


  • Résumé

    With the exception of his plays, almost all the works of Raymond Roussel are written in the first person. However, this "I" almost never has a role as a character in the plot, but rather functions as a mere onlooker or describer of the events. In fact, since as soon as the story gets underway the "I" tends to disappear, the appearence of the word itself in his work is rare. That is, Roussel's "I" is simply a device, a pretext for the purpose of recounting the story. Nevertheless, the fact that Roussel almost always wrote in the first person strongly suggests that there is definitely some deep significance behind this usage. In this thesis, we attempt from a variety of perspectives to make clear the meaning of the "I" in Roussel's work. His narratives progress solely in the first person, completely lacking in a 'foil' or a 'sense of otherness'. It is perhaps apt to say that this use of the first person is for the specific expression of the, in every respect, pure and homogenous unity that is the focus of Roussel's creativity. We approach the issue of the "I" in Roussel's work from three perspectives. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 402 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 361-397. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.