La dé-figuration : une évocation de la présence

par Adolfo Luis Schedler Bittencourt

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Michel Sicard.

Soutenue en 2002

à Paris 1 .


  • Résumé

    Cette recherche est basée sur l'analyse de ma production artistique, caractérisée par la juxtaposition d'un vocabulaire de formes organiques ou inorganiques utilisées comme remplaçantes de certaines parties du corps humain. On va trouver ces fragments déterminés par une forme elliptique qui est présente dans presque toutes les cultures pré chrétiennes. Il s'agit en fait d'une dé- figuration de l'être humain, où il ne reste que ce qui lui est essentiel. La matière sera vue comme agent de transformation du projet initial et agent de création. Elle comprendra la description des changements du projet prédéterminé à partir des actes perceptifs qui auront lieu au moment de l'élaboration de l'oeuvre. Ce processus va se caractériser à partir d'une sorte de mouvement dialectique et systématique entre la représentation et l'abstraction, qui touchera, l'anéanti, l'informe, mais qui en même temps conservera toujours son caractère de figure ou figuratif, on va dénommer processus de dé-figuration.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (476 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 283-297. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.