Poétique du cinéma sonore

par Patrick Brun

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Dominique Chateau.

Soutenue en 2002

à Paris 1 .


  • Résumé

    A partir de la Poétique d'Aristote et du livre Le Poétique de Dufrenne, nous avons commencé par construire deux poétiques dans les théories du cinéma. Des formalistes aux sémiologues, une poétique cognitive cherche à comprendre comment un monde possible se construit chez le spectateur selon les représentations produites par le langage au cinéma alors qu'une poétique phénoménologique considère, dès les années 1920, que le langage cause une expérience esthétique, une présence-au-monde du regard, au-delà de la représentation cinématographique. Or, le cinéma de Duras a laissé supposer que, dans toute oeuvre d'art cinématographique, le langage viserait non pas un au-delà originaire mais l'impossible à représenter. Montrer que le discours de la psychanalyse peut seul nous aider à fonder une telle hypothèse fut l'objet de notre seconde partie. Si la sémiologie, comme discours scientifique, ignore l'impossible à représenter comme elle écarte la question de l'art, la phénoménologie de l'art ne peut vraiment articuler la présence sensible du regard au travail de la figure sans en passer par la découverte psychanalytique de la castration. Le regard se présente comme l'objet insaisissable de l'analyse esthétique de la figure, car il est une part libidinale, irreprésentable sous l'effet du langage, que la figure au cinéma a pour visée de montrer. Portés par cette critique, nous avons cherché à fonder une " autre poétique " du cinéma dont la visée serait l'impossible à représenter. Si cette visée poétique éclaire, par le renversement de la position subjective du spectateur, l'expérience esthétique au cinéma, Histoire(s) du cinéma de Godard a permis de montrer que le procès poétique - la création de figures de l'impossible à représenter - peut aussi, à partir d'une éthique relative à la shoah, relever la question de l'art au cinéma. C'est ainsi qu'à partir du concept de catharsis et du film Shoah de Lanzmann nous avons conclu que 1'oeuvre d'art poétique crée un éclat ou un semblant de jouissance qui relève, au-delà du plaisir, du symptôme.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2003 par L'Harmattan à Torino, Budapest, Paris

Poétique(s) du cinéma


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 401 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 380-398. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 6022
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2719
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2003 par L'Harmattan à Torino, Budapest, Paris

Informations

  • Sous le titre : Poétique(s) du cinéma
  • Dans la collection : Champs visuels , 1269-7516
  • Détails : 1 vol. (226 p.)
  • ISBN : 2-7475-4754-X
  • Annexes : Bibliogr. p. [213]-222
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.