Le Japon face à l'antisémitisme nazi : les Juifs en Asie 1933-1945

par Sumie Kaneko

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de André Kaspi.

Soutenue en 2002

à Paris 1 .


  • Résumé

    Les premières communautés juives au Japon se forment aux environs des années 1860. Comptant 60 millions d'habitants, le Japon des années 1930 reste indifférent aux quelques centaines de Juifs résidant sur son territoire. Bien qu'allié des nazis et lui-même Etat totalitaire, le gouvernement nippon se conduit envers les Juifs de la même façon qu'avec les autres étrangers. Les Japonais se montrent d'ailleurs compatissants vis-à-vis des réfugiés juifs. Introduit au moment de l'expédition de Sibérie(1918-1922), l'antisémitisme japonais, encore que minoritaire, se renforce dans un contexte nationaliste mais ses partisans ne vont jamais jusqu'à prôner la solution finale. Certains Japonais croient même en une ascendance commune judéo-nippone. Le peuple juif jouit du principe égalitaire promu par l'Empire à l'époque, tandis que l'armée japonaise inflige aux soldats ennemis un traitement dégradant. Mais cela n' empêche pas, tant la presse, que les autorités japonaises de demeurer indifférentes devant le sort tragique des Juifs en Europe et le rapprochement politique entre l'Empire et le Reich ne modifiera pas cette attitude. A l'origine très méfiantes et influencées par la crainte du communisme, les autorités nippones s'orientent vers le rapprochement avec les Juifs d'Asie dans l' espoir de profiter de leurs réseaux avec le judaïsme mondial et en particulier américain. Qu'elles croient influent/


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (1004 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 926-962. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.