La théorie de la connaissance et de la certitude chez John Henry Newman

par Pascale Vincette

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Rémi Brague.

Soutenue en 2002

à Paris 1 .


  • Résumé

    La vie de John Henry Newman (1801-1890) et la formation de sa pensée sont d'abord présentées au travers des événements et courants philosophiques l'ayant influencé, et de ses propres oeuvres, notamment An Essay in Aid of a Grammar of Assent. Nous envisageons ensuite sa théorie de la connaissance et de la certitude, toujours en prenant appui sur l'ensemble du corpus newmanien, et en axant nos recherches sur les pôles de la vérité et de l'action. La quête de la vérité engage la responsabilité de tout homme et de "tout l'homme", ce qui nous conduira à exposer l'anthropologie du penseur anglais. Parmi les différentes voies d'accès à la connaissance et à la certitude, Newman privilégie la raison dans ce qu'elle a de plus personnel et implicite et élabore la théorie du "sens illatif', ce "jugement prudent" qui met en évidence un point de concordance à partir d'un ensemble complexe de "probabilités convergentes" et fait qu'un homme décide d'accorder ou non son assentiment. Cette "logique transcendante", non rigoureuse au sens mathématique, conduit à une certitude absolue, fondée sur ce qui est reconnu comme vrai. L'action peut alors jaillir de la certitude qui en est le principe et permettre le développement de la loi de progrès inscrite en l'être.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 385 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 282-333. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque Pierre Mendès France.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.