Vers une meilleure compréhension de l'absence de monomères de type syringyl dans les lignines de conifère : une approche par transformation génétique

par Mélinda Gatineau-Poisson

Thèse de doctorat en Sciences de la vie. Physiologie et biologie des organismes

Sous la direction de Gilles Pilate.

Soutenue en 2002

à Orléans .

  • Titre traduit

    Toward a better understanding on the absence of syringyl monomers in conifer lignins : a genetic transformation approach


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les lignines sont des biopolymères qui confèrent une rigidité aux parois secondaires des cellules et participent ainsi au port dressé des arbres, aux mécanismes de conduction de la sève brute et aux réactions de défense mises en place contre les micro-organismes. D'un point de vue économique, elles contribuent à la valeur calorifique du bois mais elles sont une limitation pour l'utilisation de la biomasse tant pour la fabrication de pâte à papier que pour la digestibilité du fourrage. Chez les angiospermes, elles sont composées d'un mélange d'unités syringyls (S) et guaiacyls (G), alors que chez les gymnospermes, les unités S sont absentes. Il est possible d'expliquer cette différence par l'absence d'enzymes spécifiques de la formation des unités S ou leur manque d'affinité pour les précurseurs impliqués dans cette formation. Pour obtenir la synthèse d'unités S chez un gymnosperme, nous avons choisi d'exprimer, par transformation génétique du mélèze hybride (Larix leptoeuropae), des gènes de peuplier codant la COMT (acide caféique O-méthyltransférase) et la F5H (acide férulique 5-hydroxylase), enzymes clés de la formation de ces unités chez les angiospermes. L'introduction d'une construction portant une séquence f5h de peuplier sous le contrôle d'un promoteur constitutif chez le mutant fah1 d'A. Thaliana, a permis d'évaluer la fonctionnalité de cette construction. Cette dernière a ensuite été introduite, d'une part dans des lignées de mélèze non transformées et d'autre part dans une lignée sur-exprimant déjà la COMT de peuplier. Les lignées transgéniques ainsi obtenues ont été caractérisées aux niveaux moléculaire, biochimique et ultrastructural. Nous avons ainsi estimé les conséquences de l'introduction des gènes comt et f5h chez un conifère. En vue de nouvelles transformations du mélèze où l'expression du transgène serait spécifique des tissus en cours de lignification, l'activité du promoteur du gène codant la caffeoyl O-méthyltransférase de peuplier a également été évaluée. Lors de cet exposé, l'ensemble des résultats obtenus sera présenté et discuté.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 117 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 101-117

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation.Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 19-2002-54
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.