Evolution géotectonique paléoprotérozoïque à néoprotérozoïque de la couverture du craton archéen du Congo aux confins du Congo, du Cameroun et de Centrafrique

par Gaétan Roch Moloto-A-Kenguemba

Thèse de doctorat en Sciences de la Terre et de l'univers. Géotectonique et pétrologie

Sous la direction de André Pouclet.

Soutenue en 2002

à Orléans .

  • Titre traduit

    Paleoproterozoic at neoproterozoic geotectonic evolution of Congo's craton cover at the Congo, Cameroon and Centrafrica boundaries


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Aux confins du Cameroun, du Congo et de Centrafrique, affleurent des terrains protérozoïques mal connus qui recouvrent la bordure septentrionale du craton archéen du Congo. 1/ Ces terrains sont constitués de dépôts détritiques terrigènes interstratifiés par des métavolcanites à composition de tholéiites continentales et de tholéiites de rift initial. L'ensemble est plissé et affecté de décrochement senestre N-S. Le plissement correspond à des plis droits à axe N30ʿ qui décrivent une virgation sub-méridienne le long du grands décrochements. Ces terrains sont attribués au Paléoprotérozoïque et comparés au Francevillien. 2/ Des petites intrusions de granites calco-alcalins protomylonitiques sont alignés le long du décrochement N-S de la Sangha et de petits pointements de syénite alcaline traversent la couverture. Ces granites ont été datés par Rb/Sr au Mésoprotérozoïque. La syénite donne un âge modèle TDM (Sm-Nd) à 1,54 Ga. De ce fait, le décrochement de la Sangha est kibarien (ca. 1,3 Ga). 3/ Des dykes de dolérites orientés N130ʿ à N-S recoupent la couverture plissées et les granitoïdes. Elles ont une composition intermédiaire entre les tholéiites continentales et les tholéiites de rift initial et sont rattachées à la phase d'extension pré-pan-africaine d'Afrique centrale, vers 1 Ga. Un isochrone Nd/Sm nous donne : 1213,5±76 Ma. 4/ Des dépôts tillitiques cryogéniens (ca. 720 Ma) sont discordants sur la couverture plissée et les intrusions. Ils sont surmontés par des formations carbonatées néoprotérozoïques (650-630 Ma). 5/ Tout cet ensemble est chevauché, vers 630 Ma par la nappe pan-africaine de Yokadouma à semelle d'ultramylonites quartzitiques à séricite-chlorite. L'ensemble de ces résultats et les corrélations régionales permettent de proposer un modèle d'évolution géotectonique du Paléoprotérozoïque au Néoprotérozoïque. Nous attribuons le plissement et l'essentiel de la structuration des formations de couverture paléoprotérozoïque à l'événement Kibarien.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 298 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 236-250

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation.Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 19-2002-34
  • Bibliothèque : Institut des sciences de la Terre d'Orléans.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 03-514
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.