Amélioration de la tenue à la corrosion atmosphérique des matériaux utilisés en connectique : traitement de surface par laser

par Cécile Georges

Thèse de doctorat en Physique - Chimie

Sous la direction de Christian Perrin.

Soutenue en 2002

à Orléans .

  • Titre traduit

    Improvement of atmospheric corrosion resistance for electrical connectors : surface treatment by laser


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les contacts électriques utilisés en connectique sont constitués d'un alliage de cuivre (laiton ou bronze) recouvert de nickel (barrière de diffusion) et d'or. Il existe des défauts d'étanchéité dans les couches d'or et de nickel qui induisent la corrosion des couches sous-jacentes. Afin de modifier la structure du dépôt d'or, des traitements de surface par laser impulsionnel ont été entrepris. Ils ont pour objectif de supprimer les porosités de la couche d'or à l'origine des points de corrosion et d'effectuer un lissage de la surface car la rugosité est nuisible à un bon contact électrique. Les traitements lasers ont été réalisés principalement avec deux lasers à excimère (KrF (? = 248 nm; ? = 25 ns) et XeCl (? = 308 nm; ? = 28 ns)). Ensuite, des tests de corrosion sont effectués sur les échantillons traités laser dans de l'air synthétique humide (HR = 85%) pollué (SO2, NO2 et Cl2). Nous étudions l'effet du traitement laser en fonction des paramètres du matériau (rugosité et épaisseur du substrat, épaisseur des couches de nickel et d'or) et des paramètres du laser (nature du laser, fluence, durée d'impulsion, nombre de tirs. . . ). En parallèle, un modèle thermocinétique à 1D a été utilisé pour définir les meilleures conditions laser capables de fondre la couche d'or et nous permettre de comprendre les mécanismes physiques mis en jeu lors de l'interaction laser-matière. Nous effectuons également des coupes transverses de nos échantillons pour réaliser des observations au MEB afin de mesurer cette épaisseur fondue. Ce travail de thèse a permis de mettre en évidence l'efficacité du traitement laser pour améliorer la résistance à la corrosion sous certaines conditions. L'utilisation du laser à excimère sur des échantillons dont la rugosité est faible (Ra ? 0,1 æm) permet d'obtenir une bonne résistance à la corrosion et un lissage de la surface. La gamme de fluence utilisée permettant d'obtenir les meilleurs résultats est comprise entre 400 et 600 mJ/cmø.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 130 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation.Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 19-2002-18
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.