Education familiale et performances scolaires des enfants de milieu populaire

par Youssef Tazouti

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de André Flieller.

Soutenue en 2002

à Nancy 2 .


  • Résumé

    Les disparités sociales de réussite scolaire occultent trop souvent la forte variabilité interindividuelle des performances scolaires que l'on observe à milieu socio-économique constant. En particulier, nombreux sont les enfants de milieu populaire qui obtiennent de bonnes ou très bonnes performances scolaires. Cette thèse se propose d'étudier la contribution de l'éducation familiale à ces différences de performance en milieu populaire ainsi que d'étudier comment s'organisent les dimensions de cette éducation, qui, dans les travaux antérieurs, ont été considérées séparément et non pas conjointement comme ici. Deux études empiriques ont permis de mettre à l'épreuve un modèle théorique explicatif des performances scolaires : d'une part, l'analyse secondaire des données de l'enquète 20 ans après (Flieller et al. 1995) et, d'autre part, une recherche nouvelle portant sur 128 familles de milieu populaire et leur enfant scolarisé en C. E. 2. Les données recueillies sont étudiées au moyen du logiciel LISREL. Selon les sous-modèles considérés, le pourcentage de variance expliquée varie de 40 à 60%. Les résultats confirment partiellement l'hypothèse selon laquelle l'influence du milieu socioculturel sur les performance scolaires est médiatisée par l'éducation familiale. La thèse présente d'autres résultats portant sur les relations entre les aspects manifestes et latents de l'éducation familiale ainsi que sur les dimensions de l'éducation familiale liées aux performances scolaires de l'enfant. La discussion porte notamment sur la spécificité ou l'absence de spécificité de l'éducation familiale en milieu populaire.

  • Titre traduit

    Family education and children of working class academic achievment


  • Résumé

    Social disparities in academic success too often cover up major interindividual differences in the academic achievement of children from the same social class. In particular, there are many children from the working class who do well or very well in school. This thesis studies the contibution of the home environment to scholastic performance differences among working-class children, and also looks into how the dimensions of this " family education " are interconnected, rather than considering them separately as in the past. Two empirical studies were conducted to test an explanatory theoritical model of academic achievement. The first was a supplemental analysis of data from an earlier survey (Twenty Years Later, Flieller et al. , 1995) ; the second was a new survey of 128 working-class families with a third-grade child. The data were analyzed using LISREL software. Depending on the submodel considered, the percent of the explained variance ranged from 40% to 60%. The results partially validated the hypothesis that the impact of a child's social class on academic achievement is mediated by his/her education in the home. The thesis also presents other results dealing with the relationship between the manifest and latent aspects of family education, as well as the family-education factors related to a child's academic achievement. One of the issues addressed in the discussion is whether or not there is a " family education " specific to the working class.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (X-341 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 243-266. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LN 002/24
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.