Les italiens dans l'arrondissement de Saint-Dié : 1870-1970

par Olivier Guatelli

Thèse de doctorat en Histoire contemporaine

Sous la direction de François Roth.

Soutenue en 2002

à Nancy 2 .


  • Résumé

    Situé au nord-est du département des Vosges, l'arrondissement de Saint-Dié a accueilli plusieurs milliers d'immigrés italiens de 1870 à 1970. Ceux-ci n'ont pourtant jamais représenté plus de 2 % de sa population totale, soit 2000 personnes environ. Néanmoins, leur rôle dans l'économie locale a été bien plus important que ne le laisserait supposer leur faiblesse numérique. Aux maçons, terrassiers et " graniteurs " saisonniers arrivés entre 1880 et 1914, ont succédé dans les années 1920 d'autres ouvriers du bâtiment ainsi que des ouvrières d'usine, tous venus de Lombardie, du Piémont et de Vénétie ; après 1945, ce sont de simples manœuvres et des travailleurs peu qualifiés originaires du Midi italien qui reconstruisent les villes dévastées. Certains immigrés se sont très bien intégrés dans la population locale et on acquis la nationalité française : dans les années 1930 comme dans les années 1960, la réussite sociale des entrepreneurs italiens est remarquable et leurs enfants ne se distinguent en rien des Français " de souche ". A l'opposé, d'autres Transalpins ne sont restés que quelques années voire quelques mois dans l'arrondissement, chassés par le chômage ou la xénophobie des autochtones. En effet, malgré une idée couramment répandue, malgré une proximité culturelle très souvent mise en avant, l'intégration des Italiens dans la population française ne s'est pas opérée facilement : dans l'arrondissement de Saint-Dié, ils ont dû combattre les préjugés, survivre pendant les dures années de la crise et de la guerre, montrer constamment leur bonne volonté et leur allégeance envers leur nouvelle patrie pour finalement être reconnus en 1970 comme de " bon Français ".

  • Titre traduit

    The Italian population in the district of Saint-Dié : 1870-1970


  • Résumé

    Situated in the north-east of the Vosges, the district of Saint-Dié received several thousand of Italian immigrants from 1870 to 1970. However, they never accounted for more than 2 per cent of the whole population of the district, i. E. About 2000 inhabitants. Nonetheless, and despite their being so few, they had a large part in the local economy. The first workers to arrive between 1880 and 1914 were seasonal masons, road and granite workers. In the 1920s, other workers from building trade followed them as well as women working in factories ; they all came up from Lombardy, Piedmont and Venetia ; after 1945, the ruined towns were rebuilt by unskilled workers from the south of Italy. A fair number of immigrants integrated well into the local population and were granted French citizenship : in the thirties and in the sixties alike, Italian contractors' social success proves outstanding and there is no obvious discrepancy between their children and those of French origin. On the contrary, other transalpine immigrants were compelled to leave the district after a few years or even months because they found themselves out of work or victims of xenophobia from the French natives in the area. As a matter of fact, in spite of the generally held belief and cultural relationship one frequently puts forward, Italian integration into the French population was not achieved easily : in the district of Saint-Dié, the Italians had to fight against prejudices, survive during the hard years of crisis and war, constantly show proof of their good will and their allegiance to their new homeland before being finally acknowledged as " good French people " in 1970.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (673 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 631-647

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LN 002/22
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.