L'avis privé au siècle des lumières

par Ghania Anki-Weisel

Thèse de doctorat en Langue et littérature françaises

Sous la direction de Roger Marchal.

Soutenue en 2002

à Nancy 2 .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    ˜The "œavis privé" during the age of enlightenment


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Cette enquête ambitionne de définir, aux marges de la littérature morale et de la pédagogie des Lumières, les caractéristiques originales d'un genre : celui des avis privés. S'inscrivant dans la tradition aristocratique d'éducation, primitivement conçu pour pourvoir à l'instruction morale et à la formation mondaine d'un membre de la famille et devant par conséquent circuler à l'intérieur de ce cercle, l'avis privé a fini par quitter l'espace de la confidence pour entrer dans le circuit anonyme des ouvrages imprimés. Le répertoire bibliographique des avis privés dévoile une histoire longue de près de six siècles, car, de 1493 à 1996, il égrène noms d'auteurs, et titres anonymes. Notre corpus s'étend de 1699 à 1794, de Fénelon à Condorcet. La génèse du genre montre que l'avis privé est né des influences conjuguées du " Miroir des Princes " et du " guide du courtisan ", eux-mêmes puisant dans le fonds de la littérature antique. En épousant étroitement l'histoire, toutes les histoires, le genre s'adapte à merveille aux périodes qu'il traverse et se situe aux croisements des débats sur l'éducation, sur la religion, sur le féminisme, sur la politique - dont il traduit les soubresauts tragiques. Il reproduit, restitue les courants de pensée, et, tout en évoquant les morales de l'honnêteté et de la sociabilité, il compose une véritable chronique des mœurs. Qui plus est, il met en évidence la problématique posée par le statut de l'écriture mondaine. Pourquoi et pour qui écrit-on ? On écrit ses avis pour, dit-on, instruire et pour se divertir. L'écriture aristocratique se définit elle-même comme le fruit d'un loisir et/ou d'un devoir privés ; mais bien vite il apparaît que les motivations sont autres : on écrit pour se libérer, se rechercher, se réformer. Ainsi, en se prêtant à un discours feutré sur le " moi ", le genre des avis se situe aux frontières de l'autobiographie.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (467 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 320-333

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LN 002/15
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.