Les freins au processus d'industrialisation en Russie dans la première moitié du XIXème siècle : l'étude des facteurs de croissance

par Ségolène Adam

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de François Seurot.

Soutenue en 2002

à Nancy 2 .


  • Résumé

    Le point de vue des scientifiques occidentaux relatif à l'activité économique de la Russie au cours de la première moitié du XIXème siècle était qu'aucun mouvement d'industrialisation ne s'était profilé, alors que les soviétiques dataient le processus au second tiers du siècle. Aujourd'hui, les débats semblent clos. Les conclusions quant à la datation convergent alors même que les historiens de l'économie s'interrogent encore sur les causes du retard, accusant pourtant souvent le système servile d'inhiber la croissance. Après avoir démontré le retard économique du pays à partir d'une estimation de taux de croissance du produit dans une optique comparative, cette étude propose d'examiner les freins au processus d'industrialisation en Russie dans la première moitié du XIXème siècle. Ainsi, ce sont les facteurs constitutifs de la croissance qui feront l'objet de l'analyse, dans un premier temps ceux de l'offre et dans un second temps ceux de la demande. Cette analyse débouche sur deux grandes conclusions. D'une part, les entrepreneurs russes désireux de développer une activité industrielle disposaient de facteurs de production nécessaires. La croissance démographique et la structure organisationnelle de production adaptée au système servile permettaient à l'offre de travail de satisfaire la demande. Par ailleurs, la mécanisation s'implantait dans certaines branches industrielles disposant de capitaux d'origine industrielle et commerciale. D'autre part, la demande, à partir de laquelle les industriels russes déterminaient le volume de la production, était restreinte. Elle provenait exclusivement de l'intérieur, le commerce international étant dominé par les pays d'Europe occidentale. Cependant, le niveau de la demande était limité par un marché national peu intégré, conséquence de moyens de transport et de réseaux de distribution traditionnels, et par une croissance très lente du pouvoir d'achat de la masse populaire vivant encore exclusivement de l'autoconsommation. Ainsi, l'insuffisance de la demande semble être la cause du lent accroissement de la production industrielle du pays.

  • Titre traduit

    The brakes in the process in industrialization in Russia in the first half of the XIXth century : the study of growth's factors


  • Résumé

    The point of view of the western scientists concerning the economic activity of Russia during the first half of the XIXth century was that any movement of industrialization had been happened, while the Soviet historians dated the process in the second third of the century. Today, the debates seem closed; they are of like even though the historians of the economy still wonder about the causes of the backwardness. However, they think that the serfdom inhibits the growth. After having estimated the growth rate of product in a comparative perspective, this study suggests examining brakes in the process of industrialization in Russia in the first half of the XIXth century. So, the constituent factors of the growth will be the object of the analysis, at first those of the supply and in a second time those of the demand. Two important conclusions emerge of this analysis. On one hand, the Russian entrepreneurs who wanted to develop an industrial activity had necessary factors of production. The population growth and the organizational structure of production suitable for the serfdom allowed the working supply to satisfy the demand. In other respects, the mechanization set up in some industrial branches having capital of industrial and commercial origin. On the other hand, the demand, from which the Russian manufactures determined the volume of the production, was restricted. In this period, the demand resulted exclusively from the inside, the international trade being dominated by the countries of Western Europe. However, the level of the demand was limited by a national market which was no very integrated, as a consequence of inadequate means of transport and traditional distribution networks, and by a very slow growth of the purchasing power of the popular mass living exclusively on the subsistence farming. So, the shortage of demand seems to be the cause of slow growth of Russian industrial production.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (373 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 352-373

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Droit et sciences économiques.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : DN 2002/9

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Droit, science politique,économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFT 02/NAN2/0009
  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GM1141-2002-1
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.