Arythmies ventriculaires chroniques de l'insuffisance cardiaque ischémique expérimentale. Influence des systèmes nerveux autonome et rénine-angiotensine-aldostérone

par Vanessa Guillemaud

Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé. Pathologie cardio-pulmonaire et vasculaire

Sous la direction de Jean-Marc Davy.


  • Résumé

    L'insuffisance cardiaque est une pathologie complexe qui met en jeu différents mécanismes d'adaptation qui concernent l'architecture et l'électrophysiologie cardiaque ainsi que la stimulation du système nerveux autonome (SNA) et du système rénine-angiotensine-aldosterone (SRA). Ces modifications constituent un substrat favorable au déclenchement d'arythmies ventriculaires potentiellement fatales, dont le mode de survenue reste à élucider. A l'aide de deux modèles animaux, la ligature cronaire chez le rat et les microembolisations coronaires multiples chez le chien, nous avons pu enregistrer des arythmies ventriculaires spontanées à la phase chronique de l'infarctus, associées ou non à une insuffisance cardiaque. Notre travail a été d'abord de coréler ces arythmies enregistrées in vivo avec des altérations du potentiel d'action observées in vitro sur des muscles papillaires. L'automaticité anormale semble être le mécanisme prépondérant dans les deux espèces, tandis que la survenue de post-dépolarisations précoces ou retardées, semble semble être en relation avec l'âge de l'infarctus, notamment chez le rat. L'influence du SNA a ensuite été évaluée par des tests d'effort, des agents antagonistes ou agonistes du SNA et des enregistrements Holter ECG de 24 h, qui ont démontré que ces arythmies étaient bradycardies dépendantes chez le rat, tandis que celles observées chez le chien peuvent être bradycardie ou tachycardie dépendantes, suggérant des mécanismes de survenue différents. Paradoxalement, dans les deux cas, ces arythmies sont diminuées par le propanolol. Enfin, nous avons analysé le risque pro ou anti-arythmie de médicaments inhibant le SRA. L'association fosinopril-aldactone, diminue la fréquence des arythmies chez le rat, tandis que l'effet du valsartan sur les arythmies ventriculaire du chien, est moins univoque. En conclusion, ces travaux permettent de souligner la difficulté d'extrapoler les observations in vitro avec des résultats in vivo, et enfin des données cliniques.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (224 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 204-224

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Pharmacie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TP 2002.MON-17
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 5992
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.